43 000 ha de forêts seront replantés en 2013-2014

Un budget de 338 MDH est arrêté pour cette campagne. 36 millions de plants, essentiellement des essences naturelles comme le cèdre, l’arganier, le thuya et le caroubier, ont été produits.

Le coup d’envoi de la campagne de reboisement 2013-2014 a été donné, jeudi 19 décembre, dans la région de Kebdana (province de Nador) par Abdeladim Lhafi, Haut commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD). Pour cette opération, un périmètre de 1 000 ha sera planté de thuya, de pins d’Alep et d’eucalyptus. Le coût est de 5 MDH. Le budget total arrêté pour cette campagne 2013-2014 s’élève à 338 MDH. L’ambition du HCEFLCD est de couvrir 43 000 ha répartis sur différentes zones du pays contre 42 600 ha une année plus tôt. Pour ce faire, 36 millions de plants, essentiellement des essences naturelles comme le cèdre, le chêne-liège, l’arganier, le thuya et le caroubier, ont été produits. Le Haut commissariat rappelle que «le reboisement s’effectuera en tenant compte des spécificités de chaque écosystème, en termes de climat, d’espèces forestières et de leur capacité de résilience écologique face aux changements climatiques».

Dans le cadre du programme décennal 2005-2014, l’objectif est de reboiser 500 000 ha à l’horizon 2014. A ce jour, campagne 2012-2013 comprise, on en est à 324000 ha. On est encore loin du compte mais, selon le Haut commissariat, ce programme a permis d’inverser la tendance de dégradation du couvert forestier en permettant de réaliser un gain de 116 000 ha durant la dernière décennie. En d’autres termes, cette superficie représente ce qui est gagné en tenant compte de l’espace couvert perdu pour une raison ou une autre.

Depuis 2009-2010, un effort intense a été consenti pour accélérer le rythme. C’est en effet à partir de cette campagne que la barre des 40000 ha a été franchie. Jusque-là, les superficies reboisées se limitaient à 10 000 ha par an. Le HCEFLCD veut encore aller plus vite dans le cadre du programme 2015-2024.