310000 ordinateurs ont été commercialisés en 2008, une progression de 14%

Le marché a progressé moins rapidement que durant les années précédentes.

Les ventes de portables sont en forte hausse, tandis que celles de PC de bureau reculent de 20%.
Trois marques se partagent plus des deux tiers du marché.

Le marché du matériel informatique a été moins dynamique en 2008 que durant les années précédentes. De 20 et 17 % en 2006 et 2007, le taux de progression des ventes totales d’ordinateurs est tombé à 14 % en 2008, à 310 000 unités, alors que les prévisions portaient sur 320 000, d’après les statistiques du cabinet IDC.
De l’avis de nombre d’observateurs, cette décélération est due au retard pris dans la réalisation du programme Génie. «En fait, nous n’avons encore rien vu !», se lamente un importateur. Pourtant, du côté du ministère de l’éducation nationale, on assure que le projet est plutôt revu à la hausse. «Il est prévu dans le programme de doter les enseignants d’un ordinateur portable et d’un projecteur», annonce un responsable du ministère. En fait, cette catégorie, au même titre que les fonctionnaires de la formation des cadres et de la recherche scientifique, bénéficie déjà du projet Nafida qui a d’ailleurs permis de relancer les ventes qui commençaient à s’essouffler à la fin de l’année passée. Au titre dudit projet, l’Etat compte subventionner 100 000 ordinateurs en trois ans pour un montant global de 430 MDH.

Le segment des particuliers est en plein boom
Nafida n’a pas été le seul animateur du marché : les subventions d’ordinateurs portables par les opérateurs de télécommunications pour booster les abonnements internet ont également été déterminantes.
Dans ce secteur, certes en forte croissance si on le compare à d’autres, mais qui montre des signes de ralentissement, trois marques continuent de représenter 70% du marché : HP, qui caracole en tête avec plus de 40% de parts de marché, Acer en deuxième place et Dell qui complète le trio de tête. Les autres marques se partagent le tiers restant. Toutefois, sur le marché des portables, c’est l’américain Dell qui arrive devant le taïwanais Acer.
Apparemment, la concurrence est de plus en plus rude sur le segment des portables (laptops) dont les ventes ont progressé de 140 % en 2008 par rapport à l’année précédente, alors que les distributeurs tablaient sur un bond de 120 %, grâce notamment à Nafida et aux opérations de promotions des opérateurs télécoms. En revanche, les vente de PC  de bureau (desktop) ont chuté  de 20 % d’une année à l’autre. Ces statistiques confirment les prévisions des observateurs qui annoncent qu’à l’avenir le parc de portables sera supérieur à celui de PC de bureau.
Selon Mohammed Chraïbi, chef de produit Acer chez Top Computers, au sein du segment des particuliers les ventes de portables sont déjà supérieures en 2008 et la tendance sera maintenue en 2009, année durant laquelle nombreux sont les constructeurs qui pensent que les particuliers devraient s’équiper massivement en matériel informatique. A ce propos, Karim Mazouzi, DG de la marque Accent, estime que «le marché des professionnels est quasiment au même niveau que celui des particuliers qui était par le passé beaucoup moins important».
D’autres professionnels pensent même que les entreprises vont y réfléchir à deux fois avant d’investir. Une prévision que Rachid Belfekih, consultant du cabinet d’études de marché IDC, réfute carrément. «En raison de l’accord Bâle II, les banques continueront le renouvellement et la consolidation de leurs capacités de stockage et équipement en serveurs. De même que les administrations ont un sérieux retard à rattraper», dit-il.
En dépit de ces quelques divergences sur l’appréciation du marché, constructeurs, importateurs et revendeurs restent optimistes. Selon eux, le retard en matière d’informatisation du tissu économique aidant, il y a encore beaucoup d’opportunités, même si l’équipement en ordinateurs de seconde main est une donnée du marché marocain qu’il ne faut pas négliger.