200 000 retraités ignorent avoir droit à  l’AMO !

Après Casablanca les 9 et 10 novembre, la caravane de sensibilisation sillonnera Marrakech et Laà¢youne d’ici la mi-décembre. Sont ciblées, les personnes sous-diagnostiquées et ignorant que leurs maladies sont couvertes et les pensionnés dont les ayants droit ne bénéficient pas des prestations. A Casablanca, 1 500 personnes ont profité de la caravane pour passer des examens médicaux.

La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) va à la rencontre de ses retraités n’ayant pas encore bénéficié de l’Assurance maladie obligatoire. En fait, il s’agit de pensionnés couverts mais qui, faute d’information, n’ont pas de droits ouverts à l’AMO. Plus précisément, il s’agit de ceux qui n’ont jamais consommé de prestations médicales à ce titre. Sont aussi ciblées les personnes sous-diagnostiquées et ignorant que leurs maladies sont couvertes par l’AMO et les pensionnés dont les ayants droit ne bénéficient pas des prestations AMO. Après les caravanes organisées en 2009 et 2010, le gestionnaire de la couverture médicale de base pour le secteur privé a donc relancé, début novembre, son programme de sensibilisation mis en place à la fin 2008.

Trois caravanes destinées à renseigner les retraités sur les démarches administratives permettant l’ouverture de droits et le bénéfice des prestations sont prévues d’ici la fin de l’année 2013. La première, organisée par la direction régionale Hay Hassani-Sidi Othmane de la CNSS, a eu lieu les 9 et 10 novembre à Casablanca au niveau de la commune de Lissasfa. Six cellules (accueil, examen physique, dépistage insuffisance respiratoire, dépistage diabète, l’oncologie et enfin le conseil médical) ont été installées pour sensibiliser et effectuer le dépistage médical des retraités ciblés. Selon le bilan établi par la CNSS, 1500 personnes se sont présentées à cette caravane et ont passé des examens médicaux pour le dépistage du diabète, du cancer du sein et de l’insuffisance respiratoire.

Les deux autres caravanes auront lieu les 23 et 24 novembre à Marrakech et les 7 et 8 décembre à Laâyoune. Ce qui portera, selon les responsables de la caisse, le nombre de caravanes à 12 depuis 2009, date de lancement de cette opération. Les précédentes ont sillonné Rabat, Kénitra, Tanger, Settat, Oujda, Meknés, Fès, Casablanca dans la commune de Bernoussi et Agadir.

29 affections coûteuses prises en charge dans le cadre du tiers payant

Globalement, la population cible de ce programme s’élève, selon un recensement effectué en 2008 par la CNSS, à 200 000 retraités couverts par l’AMO, mais qui n’ont jamais bénéficié des prestations AMO. Cela représente près de la moitié des pensionnés de la caisse qui sont au nombre de 450 000 personnes. Selon les statistiques de la caisse, 368 222  pensionnés ont actuellement les droits ouverts et si l’on ajoute les ayants droit (les conjoints et enfants), cette population s’élève à 661 228 personnes.

Par ailleurs, on retiendra qu’en 2012 la CNSS a reçu 24 595 demandes d’ouverture de droits ALD, soit 7% de plus par rapport à l’année 2011 durant laquelle le nombre de demandes a atteint 22 985 dossiers. Une amélioration qui est une retombée, selon des observateurs, des caravanes de sensibilisation.

Outre le programme de sensibilisation pour permettre une large couverture des affections de longue durée (ALD) qui sont très coûteuses, la CNSS a mis en place deux mesures au cours de l’année 2013. Il s’agit de la prise en charge en tiers payant de 29 affections coûteuses relatives à 32 maladies de longue durée. Ce qui a ouvert l’accès aux soins à un grand nombre de personnes. Le coût pour la caisse est de 65 millions de dirhams au titre de l’année 2013. La deuxième mesure porte sur l’extension du ticket modérateur à 20 nouvelles affections lourdes et coûteuses relatives à 53 maladies chroniques. Cette mesure a coûté pour l’année en cours 33 millions de dirhams. Il faut également rappeler qu’en 2008, la caisse avait déjà introduit l’exonération totale et partielle de 10 ALC et ALD. Ce qui se traduit par une prise en charge allant de 95% à 100% des soins et médicaments. En 2009, les patients des ALD ont pu bénéficier d’une exonération partielle pour cinq ALD grâce à une prise en charge des frais à hauteur de 94% et 97% selon les cas.