200 000 bouteilles de champagne consommées par les Marocains chaque année

20% du chiffre d’affaires annuel est réalisé durant les fêtes de fin d’année.
Trois grands importateurs contrôlent 95% du marché structuré.
Des prix variant entre 450 et 1 500 DH la bouteille.

Comme le foie gras, le saumon ou le chocolat, le champagne est un produit festif qui voit sa consommation augmenter pendant les fêtes de fin d’année. Selon les opérateurs du secteur, les ventes durant cette période représentent 20 % du chiffre d’affaires annuel. Ils ajoutent que le marché enregistre une légère hausse en été en raison des fêtes et mariages.
Le marché légal, contrôlé à hauteur de 95 % par trois grands importateurs et distributeurs (Bourchanin, M. Renouvo et Ebertec), est estimé à 150 000 bouteilles, de marques importées. Les plus grandes marques internationales commercialisées au Maroc sont Dom Pérignon, Möet & Chandon (la plus vendue dans le monde), Laurent Perrier, Veuve Clicquot, Mumm et Taittinger. Signalons que depuis plus d’un an, le groupe Zniber produit un vin fabriqué selon la méthode champenoise vendu sous le nom de marque «Les perles du sud», mais qui ne peut prétendre à l’appellation de champagne, cette dernière étant contrôlée et limitée aux vins produits en Champagne, en France.

Les droits d’importation cumulés atteignent 80 %
Toujours est-il que le prix de vente de la bouteille de champagne varie entre 450 et 700 DH et dépasse 1 500 DH pour les produits haut de gamme comme le Dom Pérignon. Le circuit de distribution est constitué essentiellement par les grandes surfaces, des grossistes, le secteur cafés-hôtels-restaurants. Selon les importateurs, qui ne donnent pas d’évaluation précise, c’est ce dernier qui réalise l’essentiel des ventes, suivi par les grandes surfaces puis les grossistes.
Parallèlement à ce marché structuré s’est développé au cours des dernières années un circuit informel approvisionné par la contrebande en provenance de Sebta et Melilia. Ces produits, qui représentent quand même 40 000 à 45 000 bouteilles, se taillent une part de 25% du marché global. Un poids qu’ils doivent à leurs prix défiant toute concurrence puisque les importations légales sont soumises à des droits d’entrée cumulés de 80%. Ainsi, on peut acheter sur le marché parallèle une bouteille de marque à 350 DH au lieu de 500 à 550 DH dans le circuit structuré. C’est pourquoi, et c’est de bonne guerre, les opérateurs réclament «une plus grande rigueur des services douaniers afin de contrecarrer ce phénomène qui nuit, comme c’est le cas pour d’autres secteurs, au développement du marché». La consommation de champagne est certes occasionnelle, mais la demande potentielle est importante, notamment en raison du développement des secteurs hôtelier et de la restauration.