2%, 3% c’est trop peu ? Calculez vous-mêmes le niveau de votre inflation !

L’indice des prix à  la consommation, devant remplacer celui du coût de la vie, arrive. Il concerne 500 produits et couvre 16 régions.
Les consommateurs auront accès aux pondérations et à  une méthode de calcul leur permettant d’appréhender la variation de leur pouvoir d’achat.

C’est officiel. Le projet de décret remplaçant l’indice du coût de la vie (ICV) par l’indice des prix à la consommation (IPC) est prêt et sera bientôt introduit dans le circuit classique d’approbation. Théoriquement, et sauf contretemps, c’est en juillet qu’entrera en vigueur le nouvel outil permettant de mesurer l’évolution des prix, donc de l’inflation.
Ce nouvel indice, qui porte sur quelque 500 articles au lieu de 385 aujourd’hui, et couvre les 16 régions du pays, au lieu de 11, est confectionné à partir de l’enquête sur la consommation des ménages de 2001 et celle sur le niveau de vie des ménages de 2007. Par conséquent, et contrairement à l’ICV qui mesure l’évolution des prix des produits consommés par un ménage moyen, l’IPC, lui, prend en charge quasiment l’ensemble des produits consommés, de la baguette de pain et du couscous en vrac, jusqu’aux spiritueux, en passant par le petit pain au chocolat, le fromage fondu ou encore le caméscope et le lecteur CD portatif. On y trouve également une foule de produits pour le moins surprenants, mais correspondant bel et bien  à la réalité. L’objectif ainsi recherché, on le voit, est d’adapter l’outil statistique – qui, pour le coup, remonte à 1989 – aux nouvelles habitudes de consommation des Marocains, appréhendées dans les enquêtes déjà signalées.
Mais l’IPC, ce ne sont pas seulement de nouveaux produits et de nouvelles variétés dont il faudra désormais tenir compte, mais aussi de nouvelles pondérations à attribuer à chaque produit et groupe de produits. Car, il est évident que les produits n’ont plus le même poids, dans le panier de la ménagère, qu’en 1989. L’alimentation, par exemple, demeure certes à la première place, mais son poids a baissé au profit d’autres produits, notamment les services, comme les loisirs, l’éducation ou encore les technologies de l’information.
Le Haut commissariat au plan (HCP), qui a repris la série des indices du coût de la vie publiée depuis 2006 en leur appliquant le nouvel indice, a d’ailleurs constaté des variations, parfois importantes, d’autres fois mineures, mais des variations quand même (la direction des statistiques devrait les rendre publiques prochainement).

De nouvelles pondérations pour chaque produit et groupe de produits
Mais outre qu’il cerne au plus près la variation des prix, l’IPC comporte surtout une dimension tout à fait nouvelle, en phase avec le développement des technologies de l’information : l’interactivité. La direction de la statistique du HCP qui a préparé ce travail, a en effet réfléchi à l’implication du citoyen dans la connaissance, par lui-même, des évolutions de prix que subissent les produits qu’il consomme. Plus simplement, le HCP publiera bien sûr chaque mois l’indice des prix à la consommation, mais comme chacun a tendance à appréhender l’évolution des prix à l’aune de sa propre consommation, il mettra à la disposition des consommateurs les pondérations affectées à chaque produit ainsi que la manière de calculer sa propre inflation, si l’on peut dire.
La suspicion qui entoure  les chiffres officiels, comme partout ailleurs, devrait ainsi s’atténuer. Fini donc les exclamations et même les indignations exprimées devant des chiffres trop globaux ?.
A vos calculettes.