177 600 ordinateurs vendus durant les six premiers mois dont 84 000 portables

La demande d’ordinateurs portables s’est appréciée de 46% et celle du secteur de 8%.
Le grand public représente 21,2% des ventes contre 78,8% pour les professionnels.
Les ventes durant les six premiers mois ont atteint 1,1 milliard DH.

Grossistes et revendeurs n’ont pas de quoi pavoiser. Le marché de l’informatique aura connu un premier semestre plutôt morose. Ainsi, d’après les chiffres fournis par le cabinet d’analyses International Data Corporation (IDC), les ventes d’ordinateurs, tous types confondus, ont connu un léger ralentissement, en comparaison avec l’engouement connu ces dernières années. Elles sont en progression de 8% à fin juin 2010 avec un total de 177 590 unités contre 164 514 à fin juin 2009.
Ainsi, le volume des ventes d’ordinateurs fixes, ou «desktop», ont-elles connu une baisse de 11% sur les six premiers mois de l’année, avec 85 855 unités vendues contre 97 000 au titre du premier semestre 2009.
Quant aux «netbooks», ces mini-portables d’une puissance moindre qu’un ordinateur portable standard, leurs ventes ont baissé de 24% en volume à fin juin 2010, avec  7 303 appareils vendus, contre 9 641 à fin juin 2009. IDC explique cette contraction par l’enthousiasme grandissant au Maroc pour les smartphones, ces téléphones portables intelligents qui, combinés à un accès à l’Internet 3G facilité par les nouvelles offres des opérateurs, permettent de rester connecté à tout moment et de réaliser des tâches basiques telles que la lecture de documents.
Les netbooks souffrent également de la forte compétition exercée par les ordinateurs portables, dont les entrées de gamme deviennent de plus en plus abordables au grand public. Ainsi, le volume des ventes des ordinateurs portables, ou «notebooks», ont-elles progressé de 46% au premier semestre 2010, avec     84 432 unités vendues contre 57 873 à fin juin 2009. C’est donc une première : le volume des ventes des ordinateurs portables équivaut presque celui des desktops. De quoi maintenir le marché de l’informatique dans le vert.
En valeur, les ventes d’ordinateurs, tous types confondus, a atteint 1,11 milliard de DH, soit une légère hausse de 2% par rapport au chiffre d’affaires du secteur observé à fin juin 2009.
Là encore, ce sont les ordinateurs portables qui permettent d’obtenir un chiffre positif. Ainsi, les ventes des notebooks ont atteint près de 620 MDH à fin juin 2010 contre un peu moins de 500 MDH à fin juin 2009, soit une progression remarquable de 24%. A l’inverse, la valeur des ventes de desktop a chuté de 16% avec un chiffre d’affaires de près de 470 MDH à fin juin 2010 contre 555 MDH à fin juin 2009.
Quant aux netbooks, la valeur des ventes a plongé de 31%, à 23,36 MDH au titre du premier semestre 2010, contre 33,68 MDH à fin juin 2009. Par ailleurs, l’écart dans la répartition de la clientèle entre grand public et professionnels s’est réduit. Ainsi, la clientèle grand public a représenté 21,2% du volume des ventes globales à fin juin 2010 contre 18% à fin juin 2009. La clientèle professionnelle a, quant à elle, été ramenée à 78,8% des ventes contre 82% observés à fin juin 2009.

Les prix de vente moyens ont sensiblement baissé

Les professionnels restent toutefois confiants. «Au vu de la situation actuelle, nos résultats du premier semestre sont très corrects. Nous n’avons aucune inquiétude et pourtant le marché n’est pas au mieux» , résume  Noureddine Anacleto, DG du grossiste Disway. «Nous demeurons dans l’inconnue en ce qui concerne la fin de cette année. L’année 2010 restera une année acceptable. Et personne ne se risque à faire des prévisions», continue-t-il. Pour les analystes d’IDC, le marché devrait connaître une reprise significative pour le début 2011. De nombreux projets lancés par le gouvernement seront en effet concrétisés. C’est le cas notamment de la deuxième édition du programme Injaz dont bénéficient les élèves ingénieurs. Mais également de la stratégie e-gov qui, à l’instar de la mise en place des cartes d’identités biométriques et du paiement des taxes en ligne, permet de doper l’investissement des administrations et le taux d’équipement des ménages.
En principe, l’évolution des prix devrait favoriser la demande, tant pour le renouvellement que pour la première acquisition. En effet, si l’on se réfère aux statistiques d’IDC, ils ont fléchi en moyenne de 4% pour les ordinateurs fixes, de 9% sur les netbooks et de 17% pour les portables. Il existe encore de la marge pour la baisse. Reste maintenant à savoir comment évoluera le marché dans les prochaines années, principalement sur le segment des particuliers, si les tablettes électroniques de la famille du IPad deviennent plus accessibles.