16,5 milliards de DH pour les phases II et III de la centrale solaire de Ouarzazate

Sept conventions de financement ont été signées. Les adjudicataires seront connus dans les prochains jours.

Alors que la Moroccan Agency for Solar Energy (MASEN) s’apprête à annoncer les adjudicataires des phases II et III de la centrale solaire de Ouarzazate, première du plan solaire marocain, le montage financier de ces 2 nouveaux marchés vient d’être officiellement bouclé avec la signature de 7 conventions de financement entre, d’un côté, autant de bailleurs de fonds internationaux (KfW, Banque Mondiale, BAD, BEI, AFD, OCDE…) et, de l’autre côté, la MASEN et le futur acheteur de cette électricité, l’ONEE. D’un montant global de 1,5 milliard d’euros, soit 16,5 milliards de DH, cette levée de fonds se partage entre 8,4 milliards de prêts concessionnels et 440 MDH de dons (Union européenne) accordés pour le développement de Noor II, et 6,8 MMDH de prêts et 549 MDH de dons (UE) pour Noor III.

Rappelons que Noor II fera appel à la technologie CSP parabolique, pour une capacité envisagée de 200 MW et Noor III introduira pour la première fois au Maroc, et en Afrique, la technologie CSP avec tour, avec une capacité cette fois de 150 MW. Ces deux futures installations permettront d’ailleurs un stockage supérieur aux actuels 3 heures que prévoit Noor I. Elles nécessiteront également une consommation moindre en eau grâce à un système de refroidissement à sec. Une chose est sûre : le coût du kWh sera inférieur au 1,62 DH/kWh de Noor I. Mustapha Bakkoury, président du directoire de MASEN, promet que les travaux, qui prendront une trentaine de mois, seront lancés «dans la foulée» après la clôture du montage financier avec le consortium sélectionné. En attendant, «tout se fait dans les délais impartis», a annoncé M. Bakkoury au sujet de Noor I qui aura mobilisé 7 milliards de DH. L’inauguration, telle que prévue par le contrat, devrait donc se faire le 12 octobre 2015.

Prochaines étapes : le lancement dès l’année prochaine de la procédure d’attribution de Noor IV, qui sera développée avec photovoltaïque cette fois, et des projets Noor Argana, Noor Atlas et Noor Tafilalet (environ 400 MW en tout). «La dynamique est lancée et elle va même s’accélérer pour atteindre nos objectifs en 2020», assure M. Bakkoury.