160 MDH pour les petites industries de Fès, Safi et Marrakech

Deuxième phase du programme de l’Organisation des Nations Unies pour
le développement industriel (Onudi)
Un parc industriel pour les tanneries
de Fès, des formations pour les artisans d’Essaouira et Safi
Le programme
sera lancé le 25 mai.

L’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (Onudi) lance la deuxième phase de son programme de développement intégré au Maroc qui devrait s’étendre sur les quatre prochaines années (2007-2011). Le document-cadre de ce programme a été validé avec les partenaires marocains et sera signé le 25 mai prochain par le ministère du commerce et de l’industrie et le DG de l’Onudi, qui sera en visite au Maroc.

Globalement, cette deuxième étape portera sur trois axes, notamment le développement rural, le développement des capacités commerciales et la modernisation industrielle de certaines régions conformément aux actions retenues dans le plan Emergence et, en dernier lieu, l’environnement et l’énergie. Ainsi, les responsables de l’Onudi envisagent, durant les quatre prochaines années, de développer un certain nombre de projets dont, notamment, le soutien et l’extension des consortiums d’exportation et la création, dans le milieu rural, de petites unités de développement dans le cadre de l’Initiative nationale de développement humain (INDH).

Le budget alloué à ce programme s’élève à près de 160 MDH, dont 60 millions seront financés par le gouvernement marocain. Le reste proviendra de la contribution d’autres partenaires, via des accords de coopération bilatérale ou multilatérale. Tous les projets envisagés sont sélectionnés en fonction des politiques nationales, notamment le plan Emergence et l’INDH. Leur exécution fera l’objet d’un suivi régulier confié à un comité spécifique. Un accompagnement des projets sera également assuré sur une période variant entre 2 et 5 ans au cours desquels il sera procédé, s’il y a lieu, à des évaluations et à des corrections.

Par ailleurs, la deuxième phase du programme de l’Onudi permettra de poursuivre et surtout d’«approfondir les actions pilotes entreprises pour le développement industriel lors de la première phase du programme qui a débuté en 1999», affirment les responsables de l’Onudi.

Les actions réalisées au cours de la première phase du programme avaient porté sur le soutien aux PME-PMI en vue de leur mise à niveau et de l’amélioration de leur compétitivité, l’entreprenariat dans le milieu rural et enfin la promotion de la technologie.

4,4 MDH pour les tanneurs de Fès
Concrètement, l’appui de l’Onudi aux PME marocaines s’est traduit par trois projets industriels à Fès, Safi et Essaouira.

A Fès, le programme a permis la création d’un parc industriel d’une superficie de 50 hectares, actuellement en cours d’aménagement, pour regrouper toutes les tanneries de la ville. Outre l’organisation de cette filière, le projet a également pour objectif de lutter contre la pollution.

Notons que l’aide aux industriels du cuir comporte un volet d’accompagnement des entreprises pour le développement de leur propre collection et l’exportation. Dans cette optique, six entreprises ont été sélectionnées, dont trois spécialisées dans la chaussure et trois dans la maroquinerie, et ont pu bénéficier d’une assistance en techniques marketing et en stylisme. Une formation continue de 10 mois a ainsi été lancée au profit des ouvriers de ces unités. Et pour valoriser le savoir-faire de la région, d’autres actions du programme ont porté sur la création d’un label «made in Fès», ou sur l’accompagnement des entreprises dans des salons et des manifestations à l’étranger. «Nous avons aussi organisé des relations business to business avec des opérateurs européens, particulièrement italiens car l’Italie est notre cible prioritaire en ce qui concerne les articles en cuir de Fès.

Des actions seront peut-être développées sur les marchés français et allemand», expliquent les responsables de l’Onudi. Cette action permettra, selon ces mêmes sources, à des milliers de petites unités de sortir de l’informel. Et pour assurer un meilleur encadrement de ces unités, une antenne de la Fédération des industries du cuir (Fédic) sera mise en place à Fès et regroupera toutes les entités de la filière. La réalisation de ce projet a nécessité une enveloppe de 4,4 MDH.

Dans les villes d’Essaouira et de Safi, le programme de l’Onudi a visé la valorisation et l’amélioration de la valeur ajoutée de la poterie et du bois de thuya. Pour cela, deux ateliers pilotes ont été créés dans les deux villes grâce à un financement italien. Les deux gérants de ces ateliers ont bénéficié d’un cycle de formation en Italie en matière de gestion, de commercialisation et de marketing. Par ailleurs, et pour améliorer la production, il y a eu également une formation à des techniques spécifiques pour permettre, selon l’Onudi, «une innovation grâce au mariage de matières comme le plâtre, le fer forgé ou encore l’argent avec la poterie et le bois de thuya. Cette diversification permettra l’exportation de la production vers les marchés européens». Les artisans des deux villes ont d’ailleurs déjà participé à des salons, notamment d’ameublement, à Milan.

Outre ces deux projets, le programme de l’Onudi a aussi permis le développement de coopératives féminines de tissage ou encore de production des huiles d’olive et d’argan. L’une de ces coopératives a déjà exporté, en 2006, 20 tonnes de sa production sur le marché français.