12,5 milliards de DH de fruits et légumes exportés en 2004-2005

Malgré la vague de froid, les exportations ont globales augmenté de 3,25%
La pomme de terre et les oranges «Maroc Late» ont accusé le
coup.

En dépit des mauvaises conditions climatiques qui ont prévalu lors de la saison 2004-2005, le pire a été évité pour les exportations de fruits et légumes. Par rapport à la précédente saison, les exportations totales ont progressé de 3,25 %, à 1,3 million de tonnes. Mieux, le chiffre d’affaires a littéralement explosé, atteignant 12,5 milliards de DH, soit une hausse de 31,6 %.
Par famille de produits, les exportations d’agrumes ont progressé de 12 %, à 489 000 t, et ce, grâce principalement aux variétés précoces récoltées avant l’arrivée des gelées. Les quantités de clémentine et de Nour vendues à l’étranger se sont ainsi apprécié de 19 et 72 %, tandis que celles de Navel passaient de 13 000 tonnes à 38 000 t.

La faible progression du volume des exportations relève donc des variétés tardives qui, elles, n’ont pas échappé à la rudesse du climat. Par exemple, le Maroc Late a chuté de 26 % comparativement à la précédente campagne.

La pomme de terre chute de 11 %
Pour les produits maraîchers, les exportations se montent à 530 000 tonnes, en hausse de 6 % par rapport à la campagne précédente. Cependant les conséquences du froid ont été variables sur les différentes cultures. La tomate qui représente 45 % des produits maraîchers a atteint 236 000 tonnes, soit 7 % de plus par rapport à 2003-2004, grâce à une bonne production et une conjoncture commerciale satisfaisante due principalement à l’insuffisance de l’offre espagnole durant une grande partie de la saison. La pomme de terre, quant à elle, a connu une régression de 11 % à cause des dégâts considérables causés par le gel, eu égard au fait qu’elle était alors en phase de tubérisation ou en début de maturation.

Autre culture ayant souffert du froid, la fraise. D’une campagne à l’autre, les exportations de fraises surgelées ont fléchi de 30 % en volume, à 37 522 tonnes, et de 42 % en valeur, à 237 MDH. Le principal client reste l’Union Européenne avec 76 % du tonnage exporté. Les Etats-Unis absorbent 7 %, le Maghreb 6 % et l’Asie 4 %.

Pour ce qui est des fruits divers (anone, figues de barbarie, melon, pêche, prune…), les ventes à l’étranger ont porté sur 82 033 tonnes, en progression de 27 %. Sur la même période, les légumes divers, notamment l’aubergine, le concombre et la carotte, ont réalisé 167 533 tonnes, marquant une augmentation de 3 %. Malgré des hauts et des bas, des efforts colossaux ont été réalisés sur ces types de cultures dont les exportations atteignaient à peine 7 000 tonnes en 1986-1987.