10 Md DH pour transformer Jorf Lasfar en hub mondial pour les dérivés du phosphate

L’OCP a signé un accord de partenariat industriel avec Libya Africa Investment Portfolio En projet, trois unités d’acide phosphorique, d’ammoniac et d’engrais L’office espère drainer des investissements de l’ordre de 50 milliards de DH à l’horizon 2015.

L’Office chérifien des phosphates (OCP) met les bouchées double pour augmenter ses capacités de fabrication de produits dérivés du phosphate. Il vient de signer avec Libya Africa Investment Portfolio un accord de partenariat industriel portant sur la réalisation de trois projets.

Premier projet : la construction à Jorf Lasfar d’une usine d’acide phosphorique nécessitant un investissement de 350 millions de dollars (2,7 milliards de DH). Le second est une unité d’ammoniac d’un coût de 500 millions de dollars (3,9 milliards de DH) qui sera installée en Libye. Une troisième usine dont le lieu d’implantation n’est pas encore choisi se spécialisera dans la fabrication d’engrais pour 150 millions de dollars (1,2 milliard de DH).

2,3 milliards pour réhabiliter les infrastructures portuaires
Pour le moment, les deux parties en sont aux études des projets et aucune date n’a été arrêtée pour le début des travaux. Ces complexes s’ajouteront aux cinq usines de production d’acide phosphorique et d’engrais en activité sur la plateforme de Jorf Lasfar qui doit accueillir 10 nouveaux complexes de production intégrée.

L’objectif est de sécuriser à long terme l’approvisionnement en matières premières pour la fabrication d’engrais et renforcer la présence du groupe au niveau international. A ce titre, le groupe OCP a prévu une enveloppe de 10 milliards de DH dans des projets d’infrastructures communes pour attirer des investissements étrangers de l’ordre de 50 milliards de DH en 2015. A cette date, cette plateforme de 3 500 ha, destinée à devenir un hub mondial, pourra produire 10 millions de tonnes d’engrais phosphatés et d’acide phosphorique, contre 2,5 millions actuellement.

Parmi les nouveaux projets, un pipeline de transport de phosphate reliant Khouribga à Jorf Lasfar. Ce nouveau système permettra aux unités de production de disposer de phosphate broyé et humide selon cinq standards de qualité et d’accompagner l’accroissement de la capacité d’extraction de Khouribga qui passera de 18 à 38 millions de tonnes. A terme, l’exportation du minerai sera transférée de Casablanca à Jorf Lasfar. L’extension et la réhabilitation des infrastructures portuaires nécessiteront un investissement de 2,3 milliards de DH.

Tous ces projets s’inscrivent dans une logique de développement durable. C’est ainsi que l’office compte miser sur la cogénération pour réaliser des économies d’énergie et s’emploie à ce que les rejets en mer soient non polluants. De même, il est prévu des unités de dessalement d’eau de mer d’une capacité de 60 millions de m3 pour couvrir l’ensemble des besoins de la zone.