1 200 localités branchées au téléphone et/ou à  l’internet en 18 mois

A fin 2006, le fonds spécial dédié au service universel a récolté 800 MDH
9 200 localités à raccorder entre 2008 et 2011.

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) se répandent progressivement dans les régions excentrées. Entre juillet 2005 et fin 2006, 1 200 localités ont été raccordées au réseau de télécommunication fixe ou mobile et un grand nombre d’entre elles à l’internet.

Des réalisations au crédit du programme de généralisation du service universel qui consiste à desservir les localités ne figurant pas sur le programme des opérateurs pour raison de rentabilité. Ce dispositif accompagne la libéralisation totale du secteur des télécoms. Une partie des opérations est financée par le Fonds spécial du service universel des télécommunications (FSUT) géré par un comité relevant de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT).

De 2000 à 2004, ce fonds a été alimenté par une contribution de 4% du CA (hors taxe et net des frais d’interconnexion) des opérateurs. Cette contribution a été ramenée, en 2005, à 2%seulement. Au total, et à fin 2006, ce sont 800MDH qui ont été récoltés dans ce fonds.

1 100 localités à connecter en 2007
Dans les faits, la mise en oeuvre du programme se déroule selon deux schémas. Dans le premier, le comité de gestion peut puiser directement dans le fonds pour financer des actions qu’il a initiées, à l’instar du programme «Génie» de généralisation des technologies de l’information et de la communication dans les écoles.

La loi permet aussi, et c’est le deuxième schéma, aux opérateurs télécoms de réaliser directement des actions s’inscrivant dans le cadre du service universel et dûment validées par le comité, avec possibilité de défalquer le montant des investissements de leur contribution annuelle au fonds. C’est dans le cadre de ce dispositif que les opérateurs ont pu connecter, pour 272 MDH, 159 localités rurales au réseau internet, déployer le réseau GSM dans 126 autres, mettre en place 42 centres d’accès publics (téléboutiques) dans les plus grands souks hebdomadaires du Maroc et étendre le réseau fixe dans 40 localités.

Pour l’année en cours, le comité a validé d’autres projets présentés par les opérateurs. Parmi eux, le désenclavement (télécoms et internet) de 826 localités pour un montant de 179 MDH et un deuxième projet d’un montant de 248MDH intéressant 330 autres localités. Le chantier est encore énorme. Sur la période 2008-2011, le comité ambitionne d’étendre le réseau télécoms et internet à pas moins de 2 millions de personnes réparties sur 9 200 localités.