Pour la pension, le code de la famille est clair

Je suis une femme divorcée depuis huit ans, avec deux enfants au profit desquels mon ex-mari versait une pension forfaitaire de 5 000 DH par mois. Il y a quelques jours, j’ai reçu une lettre par huissier de justice, dans laquelle mon ex-mari m’informe qu’il ne va plus verser de pension pour ma fille, aujourd’hui à¢gée de 25 ans. Ma question est de savoir s’il a le droit de procéder de la sorte car ma fille vit toujours avec moi et poursuit encore ses études supérieures. Elle n’a aucune autre ressource lui permettant de subvenir à  ses besoins.

Le code de la famille dans son article 198 a traité cette question avec clarté et sans équivoque.
Ainsi, le principe est que le père doit pourvoir et continuer à pourvoir à l’entretien de ses enfants jusqu’à l’âge de la majorité, lorsque ces derniers ne poursuivent pas des études, et jusqu’à l’âge de 25 ans si les enfants poursuivent des études. Le législateur a estimé qu’il faut mettre à la disposition des enfants tous les moyens matériels et financiers pour leur donner toutes les chances de travailler après leurs études et pouvoir s’assumer.
Néanmoins, pour les filles et les enfants handicapés et incapables de se procurer des ressources, il a prévu des exceptions par rapport au principe cité ci-dessus.
En effet, pour les filles, le père continue à les prendre en charge jusqu’à ce qu’elles aient leurs propres ressources, c’est-à-dire qu’elles puissent travailler, ou qu’elles soient riches (propriétaires des biens qui leur permettent de se prendre en charge) ou, enfin, lorsqu’elles sont mariées.
Ceci étant, votre ex-mari demeure, en vertu du code de la famille, responsable de l’entretien de la fille même au-delà des 25 ans, âge qu’il a évoqué dans la lettre qui vous a été adressée, jusqu’à son mariage ou à ce qu’elle travaille.
Toutefois, je souhaiterais attirer votre attention sur le droit dont dispose votre ex-mari qui est de revoir à la baisse la pension, si vous vous êtes remariée entre-temps, car il peut effectivement, en se basant également sur les dispositions du code de la famille, soustraire une partie de la pension forfaitaire dont vous avez toujours bénéficiée, et qui est affectée au logement. En effet, une fois que vous vous remariez, votre ex-mari se trouve dispensé de son obligation de vous verser une indemnité pour le logement.
En effet, l’article 175 du code de la famille, dans son dernier alinéa, dispose : «Le mariage de la mère qui a la garde dispense le père des frais de logement de l’enfant et de la rémunération au titre de sa garde, mais il demeure, toutefois, redevable du versement de la pension alimentaire due à l’enfant».