TPME-Offre de financement : Le marché des capitaux est plus que jamais sollicité pour financer les PME

Il faut réfléchir à de nouvelles formules de financement adaptées à ces entreprises. Le programme Elite regroupe 94 entreprises potentiellement introductibles en Bourse.

A travers plusieurs études sur le financement des start-up et PME marocaines, il est constaté que cette catégorie d’entreprises ne recourt que très faiblement aux marchés de capitaux. Afin de faire face à cette problématique, les autorités marocaines ont mis en place une panoplie de mesures depuis le début des années 2000 (dont la réforme qui permet aux entreprises, quelle que soit leur taille, d’accéder au marché). Mais malgré les efforts déployés, du chemin reste à parcourir. Le troisième compartiment de la Bourse de Casablanca ne comporte qu’un nombre très limité de PME. Et pour cause, plusieurs contraintes limitent l’accès au marché, notamment la lourdeur des démarches pour s’introduire en bourse, le manque de sensibilisation et la protection vis-à-vis de l’effet de la bonne gouvernance et la transparence, notamment lorsqu’il s’agit d’entreprises familiales. Dans ce sens, Laila El Andaloussi, expert comptable à Casablanca, affirme qu’«il serait aussi souhaitable au niveau du marché boursier de simplifier les modalités d’accès des PME au 3e compartiment, jugées très exigeantes et décalées par rapport à la réalité des PME marocaines. Le montant de l’augmentation du capital via la bourse pourrait être revu et ramené à des seuils moins importants afin d’encourager les entreprises à lever les fonds conformément à leur niveau de capitalisation». En effet, le marché de capitaux est plus que jamais appelé à remplir plus efficacement son rôle dans un contexte marqué par le ralentissement du système bancaire. Il faut réfléchir à des sources de financement adaptées aux différentes phases de vie de la petite et moyenne entreprise. Il est aussi judicieux de clarifier et sensibiliser sur les moyens de financement aussi bien les émetteurs que les souscripteurs. Le marché des capitaux est appelé à répondre à un double objectif : d’une part allouer des ressources et d’autre part permettre à l’entreprise d’y accéder à des coûts accessibles. C’est dans ce contexte que le programme Elite a vu le jour en 2016 au Maroc, en partenariat avec London Stock Exchange Group. Son but ? Préparer et accompagner des PME, entreprises formant le cœur du tissu économique marocain, à accéder au marché des capitaux. En effet, Elite est un programme qui permet aux chefs d’entreprises de bénéficier de formations visant à les familiariser avec les pratiques et les fondamentaux des opérations financières et d’un accompagnement dédié pour les mettre en relation avec l’écosystème pour un meilleur accès au financement, entre autres, par le marché des capitaux. Le programme facilite et assure un engagement à long terme entre les entreprises et la communauté d’experts, de conseillers, et d’investisseurs. Les différentes cohortes du programme ont ainsi été formées aux exigences comptables, de gouvernance, et de communication, entre autres, concernés par l’accès à ce type de financement. Elles sont aujourd’hui 94 entreprises à faire partie de ce programme. Une aubaine pour ces entreprises mais aussi pour la place boursière qui ne compte à ce jour que 75 valeurs. Elite pourrait être un moyen pour la place de capter davantage de papier frais.

Renforcer l’offre de financement PME

Toujours dans cette optique d’aide à l’accès au financement, la Bourse de Casablanca a renforcé ses liens avec la Caisse centrale de garantie (CCG). Et ce, en signant, en octobre 2019, un protocole d’accord marquant la volonté commune des deux institutions de consolider leur partenariat en faveur de l’accès des PME au marché des capitaux. Ce partenariat vise ainsi à renforcer l’offre de financement destinée aux PME et à contribuer au développement du marché des capitaux. «Notre partenariat avec la CCG est une marche de plus qui rapproche les entreprises certifiées d’Elite Maroc au financement à travers le marché des capitaux. Grâce aux efforts de la Bourse de Casablanca et de la Caisse centrale de garantie, nos PME pourront financer leur développement et par conséquent contribuer à la construction d’un tissu économique solide», a commenté le DG de la Place casablancaise, Karim Hajji. À noter que ce protocole d’accord a été conclu en marge d’une rencontre sur le thème : «L’amélioration de la gouvernance des PME pour un meilleur accès au financement». L’événement a permis d’initier les entreprises certifiées Élite aux best-practices de gouvernance en tant que levier pour l’accès au financement. Dans son intervention, la CCG a mis en avant la refonte de son offre réalisée en février 2019 et qui table notamment sur le doublement des plafonds en faveur des entreprises industrielles, exportatrices et de l’économie verte ayant démontré leur bonne gouvernance.

Lire aussi :   Dossier spécial TPME… L’espoir renaît