Sécurité routière au Maroc : Entretien avec Anouar Benazzouz, Directeur général de la Société nationale des autoroutes du Maroc

«La sécurité routière est prise en charge durant toutes les phases de la vie d’une autoroute»

On sait que ADM mène des actions de sensibilisation pour le respect des règles de bonne conduite sur les autoroutes. Jusqu’à quel point est-elle impliquée dans le processus de la sécurité routière ?

La sécurité routière est une préoccupation de premier ordre et permanente de la Société nationale des autoroutes du Maroc. De premier ordre car elle est au cœur de notre stratégie de développement, quel que soit le chantier, c’est une donne fondamentale.

Permanente, car elle est prise en charge durant  toutes les phases de la vie d’une autoroute, à savoir la phase de la conception et des études, la phase de la construction, la phase d’exploitation et est déployée dans nos campagnes de communication et de sensibilisation envers le grand public.

Ainsi, les caractéristiques techniques de l’autoroute comme le tracé et la structure sont dimensionnés de manière à respecter les normes internationales en termes de courbures, de pente et de largeur de la chaussée.

Mieux encore, les matériaux sont choisis de manière à assurer l’adhérence des roues à travers l’indice de rugosité. Le souci de sécurité s’étale aussi à  la partie équipements comme la signalisation horizontale, verticale, glissières de sécurité, panneaux à message variable… et il va au-delà puisque, pendant la phase exploitation, l’accent est mis sur l’entretien et la maintenance ainsi que sur les actions de sensibilisation.

Comptez-vous mettre en place une autre campagne cette année ?

 Nous avons déjà lancé une campagne en ce début d’année qui s’insère dans la continuité du déploiement de notre stratégie de prévention routière, puisque nous voulons mettre l’accent sur l’importance à ce que nos clients se reposent toutes les deux heures de conduite et de profiter des 50 aires qui ornent le réseau autoroutier. Par ailleurs, d’autres actions sont programmées en cette année 2016 dont notamment une en partenariat avec l’ADEREE qui va mettre l’accent sur l’importance de l’ Eco Conduite.

Au terme de ces campagnes, vous repérez les causes de la production des accidents de la route. Quelles actions concrètes menez-vous en vue de les limiter ?

 Le problème des accidents de la route est un réel phénomène au Maroc, et ce, malgré les efforts consentis par différentes parties prenantes pour les contrecarrer.  Bien que l’autoroute est trois fois plus sûre que la route, le problème des accidents de la circulation reste complexe avec une difficulté d’identifier une relation de cause à effet, où agir sur un levier qui permettrait de réduire conséquemment le nombre d’accidents. A cet effet, l’approche est de brasser large en étendant le spectre des sujets de sensibilisation dans l’objectif de redresser les comportements, voire d’inculquer chez le conducteur certains réflexes, comme l’importance d’observer le repos pour éviter les risques du sommeil pendant la conduite, l’importance du contrôle de l’état mécanique du véhicule et notamment l’état des pneus et leur niveau de gonflage pour éviter leur éclatement (une des principales causes des accidents sur autoroutes).

Par ailleurs, nous observons avec inquiétude la recrudescence des accidents mortels impliquant des piétons et particulièrement sur les sections Rabat-Casablanca. Des piétons traversent l’autoroute sans utiliser les passerelles ou les passages réservés à la traversée piétonne, ce qui les met devant un danger réel d’accident. Ce danger s’amplifie davantage  surtout que l’autoroute Casablanca – Rabat dispose dans chaque sens de circulation  de trois voies de circulation avec un niveau moyen de fréquentation dépassant les 50000 véhicules jour, ce qui rend toute tentative de traversée un acte dangereux.

Pour faire face à ce constat inquiétant, ADM renfonce la clôture en dur dans des zones d’habitation, augmente continuellement le nombre de passerelles et réalise des actions de sensibilisation à cet effet.

Quels sont les axes sur lesquels va porter votre programme d’investissement de 2016 ?

 Comme vous le savez, ADM continue en cette année 2016 la réalisation et l’achèvement de deux principales sections d’autoroutes, à savoir celle de Safi-Jadida longue de 143 km et celle de contournement de Rabat d’une longueur de 41 km. En plus, ADM a programmé des travaux d’élargissement de l’autoroute à 2×3 voies de la section Casablanca-Berrechid.

Le contrat programme d’ADM avec l’Etat a pris fin en 2015 et un autre est en cours d’élaboration. En avez-vous déterminé les principaux axes ?

Effectivement, avec l’achèvement des autoroutes Safi-Jadida et celle de Rabat, ADM aura terminé le programme autoroutier qui lui est confié par l’Etat portant sur l’édification d’un réseau de 1800 km d’autoroutes. Toutefois, le  ministère de l’équipement, du transport et de la logistique travaille en coordination technique avec ADM sur un nouveau programme autoroutier. Cela s’inscrit sur du long terme de sorte à accompagner les challenges futurs de développement de notre pays.

Vous avez mentionné un partenariat avec l’ADEREE, qui s’articulera autour de l’éco-conduite…

Nous avons signé avec l’ADEREE (Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l’éfficacité énergétique) en février 2015 une convention de partenariat visant l’accompagnement de notre société à mettre en place une stratégie d’efficacité énergétique mais en même temps de mener en commun des actions de sensibilisation sur  ce sujet. C’est dans ce sens que nous venons de lancer en ce mois de février 2016, et à  l’occasion de la Journée nationale de la sécurité routière une campagne appelée Eco Conduite qui vise à sensibiliser les usagers de l’autoroute sur l’énorme gain en énergie et en coût d’exploitation du véhicule qu’ils génèrent lorsque ils adoptent les bons gestes  de la conduite économique (ex : adopter une vitesse de croisière, éviter les accélérations subites …). L’Eco Conduite participe ainsi à la réduction jusqu’à -15% de la consommation de carburant et permet une réduction significative des émissions du gaz CO2. En outre, l’Eco Conduite a un effet positif sur la prévention routière, puisqu’elle permet de diminuer le risque d’accidents de 10 à 15%.

APPLICATION MOBILE

ADM

ADM a mis en place une application mobile considérée comme le copilote indispensable à tous les déplacements sur le réseau autoroutier marocain. L’application utilise le GPS pour informer en temps réel des événements du trafic et permet aussi de mieux gérer son voyage à travers la panoplie d’informations qu’elle met à la disposition des usagers comme la consultation des tarifs, la localisation et des aires de services, etc. Cette application avait remporté en 2014 le trophée d’encouragement dans le cadre du prix national de l’administration électronique EMTYAZ et récemment en ce mois de février 2016, à l’occasion du Sommet mondial des gouvernements tenu à Dubaï, l’application a remporté la première place, à l’échelle arabe, dans la catégorie secteurs transports et infrastructures.

PASSERELLES POUR PIETONS

PASSERELLES-POUR-PIETONS

Le réseau autoroutier national en service compte actuellement 76 passerelles et 168 passages pour piétons et d’autres projets de nouvelles passerelles viennent l’étoffer de façon permanente pour répondre à des besoins de mobilité transversale, en perpétuelle évolution, et afin d’assurer la protection des piétons.

BANDE SONORE

BANDE-SONORE

Les bandes d’alerte sonore sont un marquage spécifique de la ligne de signalisation horizontale permettant d’alerter le conducteur en cas de somnolence, afin qu’il puisse reprendre le contrôle de sa trajectoire sur la chaussée.

LITS D’ARRET D’URGENCE

LITS-D’ARRET-D’URGENCE

Il s’agit d’une sorte de coussin de gravier dans lequel les camions peuvent s’enliser en cas de situation d’urgence. Ils se trouvent au niveau des descentes et signalés par une signalisation spécifique. Ils sont conçus pour permettre un arrêt immédiat aux poids lourds en situation de détresse comme par exemple l’inefficacité du système de freinage.