Sondage. Retraites : Le système de financement ne fait pas l’unanimité

Individualistes, on peut qualifier ainsi la majorité de l’échantillon. Paradoxalement, les jeunes (25-34 ans) sont plus nombreux à adhérer au concept. Les chefs d’entreprises et cadres supérieurs sont sur la même longueur d’onde. A rebours, les femmes rejettent majoritairement le système.

L’adhésion au principe historique du fonctionnement du financement des retraites, n’est pas acquise : «Par ignorance ? Par manque de réflexion ?», s’interroge le cabinet VQ. En tout cas, seuls 41% des cadres interrogés trouvent juste le principe adopté. Paradoxalement, les jeunes (25-34 ans) sont plus nombreux à adhérer au concept.

En d’autres termes, ils paraissent moins égoïstes. La question est toutefois de savoir si c’est l’éloignement du départ qui les rend peu soucieux de ce qui va advenir de leur avenir. En effet, plus on s’en rapproche, plus le montant de la pension devient une source d’inquiétude. C’est peut-être pourquoi les plus âgés, après avoir cotisé de longues années, trouvent le système biaisé.
Les chefs d’entreprises et cadres supérieurs se montrent également altruiste : 54% d’entre-eux approuvent le système. «L’adéquation de ce système aux valeurs de partage est davantage observée auprès des cadres de la région Rabat-Kénitra», commente le cabinet VQ. En effet, ils sont 46% à l’accepter contre 39,4% dans la région Casablanca- Settat et 39,6% en province.

Les fonctionnaires réclament mieux

Les femmes que l’ont qualifie souvent de généreuses acceptent moins le système que les hommes. Elles sont 52,3% à penser que le système est injuste contre 49,2% des hommes. La même opinion est partagée par 56% des personnes âgées de 35 à 44 ans.

Par catégorie socioprofessionnelle, les cadres moyens sont les plus critiques (60%), suivis des fonctionnaires (54,1%) dont le système (CMR notamment) est moins clivant que celui du privé (CNSS) pour lequel la pension n’est calculé que sur le plafond de cotisation, soit 6 000 DH, quel que soit le niveau du salaire. C’est ce qui motive une forte demande à propos de la révision à la hausse de ce plafond.