Wandida.com, vos cours à  domicile

Un projet sérieux subventionné par l’Université polytechnique et google. Sur wandida.com, trouvez des cours, mais également de la littérature sur des notions mathématiques ou physiques et des explications pratiques sur l’utilisation des algorithmes dans la vie usuelle et dans les réseaux sociaux…

«Nous avons créé ce site web pour révolutionner le monde», nous dit Rachid Guerraoui, professeur à l’Université polytechnique de Lausanne. Rien que cela… Derrière son ton badin, un projet sérieux subventionné par l’Université polytechnique de Lausanne et un certain Google. Le géant de l’internet s’investit dans l’éducation à sa manière et Wandida.com est l’un des exemples de son engagement. Il s’agit donc d’une plateforme en ligne pour dispenser des cours sur le web. Un projet qui est loin d’être pionnier, mais qui présente tout de même quelques spécificités intéressantes.

«L’université américaine est pionnière sur ce volet. Des cours magistraux sont disponibles sur internet pour pratiquement toutes les disciplines», explique Rachid Guerraoui. Les vidéos sont le plus souvent présentées selon une format classique : un professeur filmé en train de donner son cours. Seul bémol : un cours peut durer 3 heures! Il y a un an Rachid Guerraoui et un collègue marocain de l’Ecole polytechnique de Paris lancent un projet similaire, mais avec une nouvelle formule. Des vidéos pour expliquer des cours, sous forme de fiches de lecture. «Les cours s’en trouvent d’un coup résumés. Les vidéos de 2 à 10 minutes sont téléchargeables sur téléphone», explique le Pr Guerraoui.
Une centaine de vidéos couvrant les programmes de mathématiques, physique et informatique des trois premières années après le bac sont actuellement disponibles. Sur wandida.com, trouvez des cours, mais également de la littérature sur des notions mathématiques ou physiques et des explications pratiques sur l’utilisation des algorithmes dans la vie usuelle et dans les réseaux sociaux, donnant un aspect ludique à certains cours. Des cours en biologie et en chimie sont également prévus, faisant appel à d’autres professeurs.

Autre spécificité intéressante selon Rachid Guerraoui : «Outre le français et l’anglais, des vidéos existent en arabe classique et darija. C’est là un projet qui nous tient à cœur vu la grande demande en cours provenant du Maroc». Parole de Google. Avec ses 40 000 vues de cours, le site espère bien se faire connaître des étudiants marocains. Les Algériens les ont déjà précédés selon les statistiques de visites.