Visa For Music, une plateforme inédite pour booster la création musicale de l’Afrique et du Moyen-Orient

Après le franc succès de la première édition de « Visa For Music », une plateforme internationale qui ambitionne de favoriser la constitution d’un marché de la musique en Afrique et au Moyen-Orient, l’aventure se renouvelle cette année avec un programme aussi riche que varié et une participation massive des artistes et professionnels du secteur à travers le monde.

Cette manifestation inédite, qui est à sa deuxième édition, vise à offrir une visibilité optimale et un environnement propice à la créativité et à la professionnalisation du secteur culturel et artistique. Elle constitue également un moyen de dynamiser les industries culturelles et créatives des régions concernées afin de stimuler leurs économies.

Du 11 au 14 novembre, la ville de Rabat vivra au rythme de cette édition dont le programme prévoit concerts, conférences, ateliers, projections de films documentaires, hommages ou encore rencontres professionnelles, autant d’activités qui offriront aux professionnels et aux passionnés l’opportunité d’échanger sur les enjeux socioéconomiques de la culture dans la région et ses relations avec le reste du monde.

Selon les organisateurs, près de 40 groupes issus du Maroc, du Maghreb, d’Afrique subsaharienne, du Moyen-Orient, des Caraïbes et du reste du monde se produiront en showcases devant professionnels et mélomanes, une occasion pour ces artistes de témoigner, dans leur diversité, du fort dynamisme de la création artistique.

Du côté marocain, Visa For Music accueillera entres autres la chanteuse Oum, le groupe Mazagan & Hamid El Hadri, le rappeur Dizzy Dros, le rockeur Jbara, le joueur de luth Said Chraibi, le musicien amazigh Ali Faiq et la voix exotique de Malika Zarra.

Le Maghreb sera célébré notamment par la formation Nadia Khaless Trio (Tunisie/Maroc), les Algériens de Djmawi Africa, le rappeur mauritanien Monza et le poête Al-Mu’tamid, the king of the Al-Andalus qui propose un voyage dans une Andalousie plurielle (Portugal/Espagne/Maroc).

Du côté des influences métissées d’Afrique, figurent le prince aux pieds nus du Burkina Faso Alif Naaba, le rappeur burkinabè Smockey, la chanteuse jazz Jemimah Sanyu and unit 446 (Ouganda), Moh! Kouyate (France/Guinée) et la formation touareg Kel Assouf (Belgique/Niger). Le Moyen-Orient sera marqué, quant à lui, par le groupe de rock indé jordanien Autostrad, les égyptiens Cairokee, les rockers palestiniens d’Elcontainer Band et la formation turque animée par le saxophoniste Ilhan Ersahin et Tarabband (Suède/Irak).

Une série de conférences seront aussi organisées autour de thématiques variées, portant sur la mobilité artistique, la dimension politique de la culture et les 10 ans de la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité culturelle, en plus de quatre ateliers de formation offrant un accompagnement dans les domaines de la gestion de projets, du management artistique, du développement de carrière et du journalisme culturel.

Trois documentaires sont à l’affiche, à savoir « Gangbé » d’Arnaud Robert, « Segtaab Rap, au pays des hommes intègres », de La Fleuj et « La nuit de la possession » de Franck Cassenti, permettant à la fois de scruter la réalité artistique mais aussi de plonger dans les dimensions socioéconomiques et politique de la création.

Fait marquant de cette deuxième édition, le Conseil international de la musique (CIM), relevant de l’UNESCO, tiendra son assemblée générale à Rabat dans le cadre de Visa For Music 2015. Des centaines de délégués seront ainsi présents à cet événement.

La première édition de ce salon, qui s’est déroulée du 12 au 15 novembre 2014 à Rabat, a réuni plus de 1 000 professionnels venus des quatre coins du globe. Evénement inédit sur le continent, Visa For Music constitue pour l’identité musicale marocaine actuelle une vitrine de premier plan et s’annonce déjà comme un rendez-vous annuel de référence dans le secteur musical national et international.