Une première édition réussie du Festival Wennibik

La ville de Laâyoune vient d’abriter, du 19 au 22 janvier, la première édition du Festival Wennibik, sous le thème «La paix par la diversité».

Bel exemple de régionalisation dans le domaine de la culture que ce programme impulsé par la Fondation Phosboucraa et organisé par l’association Racines. Baptisée «Le Son du Sud», une formation de 10 mois a été dispensée à des jeunes dans les métiers de la régie technique, de l’élaboration et de la gestion administrative des projets culturels et artistiques. Il s’agit à la fois d’une manière de diffuser la culture en dehors de ses sentiers habituels et d’une action traduisant une vision innovante où la culture se révèle un levier supplémentaire pour le développement socioéconomique des territoires. 

Dans ce programme, la valorisation et le rayonnement du patrimoine hassani sont des objectifs primordiaux. Dans cette optique, la professionnalisation des métiers de la culture est une étape essentielle pour impulser une dynamique créative et économique, toutes deux essentielles à l’épanouissement de la culture locale.

Au programme

En plus du riche programme d’encadrement professionnel dispensé par des pointures des métiers de la culture, les stagiaires du programme «le Son du Sud» ont aussi profité de la résidence du musicien Barry avec des musiciens hassanis. En clôture du programme, le Festival Wennibik a permis à ces jeunes de mettre en pratique leur apprentissage théorique en assurant les aspects organisationnels et techniques du festival.

La poésie arabe et hassanie a inauguré les trois soirées du festival. Côté spectacle, des parades et des représentations ont été assurées par le Théâtre Nomade, une compagnie locale de théâtre et l’association extrême Laâyoune qui a proposé One love, un spectale de sports urbains. Côté musique, le public de Laâyoune a accueilli le rappeur mauritanien Monza et la star de la scène hip hop Bary, le 20 janvier, et Hjbouha Lmoutawakil avec Reda Taliani, la soirée du 22, au grand plaisir de son fan club sahraoui.

D’autres manifestations artistiques de rue ou picturales, ainsi que des conférences sur le rôle de la diversité ont été organisées en marge de cette première édition du Festival Wennibik qui promet un large développement du fait culturel dans la ville de Laâyoune et régions.