Touria Ktiouet : «La musique andalouse n’est ni lente, ni vieillotte ! 

Etudiantes à  l’Université de Nantes en France, Touria Ktiouet et Sandrine Nerrière ont décidé de dédier leur projet informatique à  l’artiste tangérois Larbi Temsamani et à  la musique arabo-andalouse.

Pourquoi avoir choisi cet artiste et cette musique en particulier ?

Nous avons créé ce site pour satisfaire aussi bien notre curiosité que celle de nos futurs lecteurs pour l’école Larbi Temsamani qui a su innover dans cet art traditionnel. La musique andalouse se transmet de génération en génération. Étant par conséquent passionnées par cette musique, nous avons décidé de la transmettre à notre tour aussi bien aux présentes qu’aux futures générations par le biais de notre site.

Quelle est votre histoire avec la musique arabo-andalouse ?

Je suis une très grande fan. J’ai même été membre d’un orchestre de musique andalouse à Tanger. En outre, j’ai grandi dans une famille passionnée par la poésie de la musique andalouse et j’ai souhaité partager ma passion pour cet art et notamment pour l’école Larbi Temsamani que j’admire tant.

Craignez-vous que ce patrimoine ne se perde ? 

Non. Il me semble que dans certains milieux sociaux cette musique est omniprésente et que les familles ne manquent pas de transmettre leur passion pour cet art à leurs enfants. En revanche, je regrette que de nos jours, de plus en plus de jeunes (bien entendu il ne faut pas généraliser) se désintéressent de cette musique en décrétant qu’elle est vieillotte ou lente. Ils passent à côté de la technicité des musiciens et des paroles poétiques riches en sens et contenant pour la plupart des leçons de vie.

Où avez-vous collecté la riche documentation disponible sur le site ?

Afin de réaliser ce site nous avons posé nos multiples questions principalement à deux personnes : Abdelmajid Temsamani (frère de feu Mohamed Larbi Temsamani) ainsi que Mehdi Chaachoo (qui dirige l’orchestre connu sous l’appellation «Jawq al Maahad a Titwani). Nous nous sommes par ailleurs appuyés sur le «hayek» (c’est le nom communément donné au recueil regroupant tous les poèmes de musique andalouse).