Rentrée littéraire : l’histoire d’une vie

«Danse Noire», Nancy Huston, Edition Actes Sud, 347 pages, 175 DH.

En quelques mots :

Au chevet de son ami agonisant, Paul Schwartz, réalisateur new-yorkais, tente de dérouler le fil de la vie de Milo et propose de réaliser un film sur ses origines. Suivant la pensée volatile et nerveuse de Paul, le lecteur se retrouve plongé dans un tourbillon d’événements entre le Dublin de 1916 et les insurrections sanglantes qui voient émerger le personnage de Neil Kerrigan, jeune avocat à l’âme d’un poète, qui finira père de famille nombreuse dans les collines boisées du Canada, et un bordel sordide de Montréal où une jeune amérindienne aux cheveux blonds, enceinte et accro à l’héroïne, passe de main en main pour oublier une vie infernale. Pour finir, sur des accents de capoeira endiablée dans les années 50 sur Milo, enfant malheureux de la jeune pute indienne, balloté de foyers en familles d’accueil, enfin recueilli par le vieux Kerrigan. Un récit foisonnant et au rythme effréné des danses et chants qui ponctuent l’histoire, dans un schéma narratif original où trois voix se succèdent et s’interpellent, nous questionnant sur nos origines et la manière dont elles sont souvent le fruit de destins radicalement opposés. Une lecture dont on sort troublé, légèrement étourdi et avec l’impression d’avoir visionné le film de notre vie.

L’auteur :

Née à Calgary au Canada, Nancy Huston, qui vit aujourd’hui à Paris, est l’auteur de nombreux romans et essais publiés chez Actes Sud et chez Leméac, parmi lesquels Instruments des ténèbres (1996 ; prix Goncourt des lycéens et prix du Livre inter), L’Empreinte de l’ange (1998, grand prix des lectrices de Elle), Lignes de faille (2006, prix Femina), Infrarouge (2010), Reflets dans un œil d’homme (2012) et Danse noire (2013).

«Danse Noire», Nancy Huston, Edition Actes Sud, 347 pages, 175 DH.