N3distan : «La poésie permet de sublimer le réel»

C’est un groupe hybride, aux sons franchement électro, mais nourri au rap, à  l’africanisme et à  la poésie. N3rdistan exécute une tournée au Maroc pour dévoiler sa musique alternative.

Comment définissez-vous votre style musical ? 

Comme on définirait les contours, les vallées et les champs d’un pays. Multiples, diversifiés et hybrides, naturels des fois, enragés et électriques à des moments. Et pour être plus sérieux, on a du mal à se cantonner dans un style, car nous venons tous et toutes d’horizons différents et de cultures diverses et on laisse plutôt le public définir son ressenti. Widad et moi avons baigné dans la musique arabe et populaire avant de nous engager dans le rap à l’adolescence. Pour ma part, j’ai choisi le rock un peu plus tard alors que Widad et Ben se sont épanouis dans les sources de la musique traditionnelle africaine. Quand à Cyril, il vient du milieu latino-jazz. Ce qui donne un groupe hybride avec des influences différentes. On ne s’interdit rien.

Vous chantez des textes d’Ahmed Matar. Quelle importance accordez-vous à la poésie dans votre musique?

La poésie est très importante dans le monde arabe (pour ne pas dire le monde entier), car elle a toujours accompagné l’évolution-révolution sociale des peuples. Elle permet de synthétiser la pensée d’un instant en quelques mots et sublimer le réel avec quelques phrases. Nous avons dès le plus jeune âge été influencés par la poésie que nous chantaient nos parents et la place que prend le poète dans la société. Il était normal pour nous de reprendre des textes de grands poètes comme Ahmed Matar ou Al Rundi, c’est assez naturel de vouloir repeindre des textes qui nous parlent, surtout quand les sujets et les mots vibrent en nous et décrivent la réalité qui nous entoure. C’est une forme d’hommage à nos parents et un essai de transmission pour les générations futures. Pour que les textes sortent du classique et rejoignent aussi la musique alternative.

Quelles sont vos influences, vos sources d’inspiration en général et, plus spécifiquement, dans le monde arabe?

Vous ! Le monde qui nous entoure est la meilleure des influences. Il y a aussi toutes nos expériences passées, que ça soit ce qu’on a vécu pendant notre enfance ou ce qu’on a découvert adultes. Il y a des thèmes aussi qui nous inspirent : l’Amour, la Liberté et le Partage, et c’est des thèmes qui nous viennent de notre culture marocaine multiple et qu’on retrouve maintenant partout dans le monde 

Vous effectuez une tournée au Maroc avec plusieurs concerts dont une prestation lors du festival Timitar. Qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Notre principale motivation c’est la rencontre avec le public. Cela nous transcende, nous avons un plaisir fou à découvrir et à partager notre musique avec les gens. Le Maroc est notre pays (pour moi et Widad) et c’est une fierté pour nous de faire des concerts devant un public parmi lequel nous sommes nés et avons grandi, dont nous avons épousé les codes et partageons les valeurs et les espérances. C’est comme plonger dans les bras de sa mère ! Ça nous enchante et ça nous remplit de joie.