« Madame M’safra »Â : la télé pour s’émanciper

Sur 2M, un concept de télé-réalité, programmé chaque mardi, à  21h, invite la parité hommes-femmes dans les foyers.

Une femme vous manque et tout est dépeuplé, frigidaire et garde-manger en premier, vous diront ces messieurs, réduits à avaler des kilomètres de nouilles instantanées pendant que leurs épouses font la nouba à Marrakech. Une semaine dans la peau de Madame, ce n’est certes pas de la tarte : dans les éviers s’entasse une effrayante montagne de vaisselle sale. Au fond des placards, les vêtements sont négligemment roulés en boule et les enfants, intenables, font de l’art contemporain sur les murs. Mais c’est pour la bonne cause, se disent ces hommes au foyer par intérim. On ne rechigne pas à passer quelques coups de serpillière, si ça permet de décrotter les mentalités. Et puis qu’est-ce qu’une petite semaine après tout, face à toute une vie de ménage et de repassage ?

Au quartier Hay Moulay Rachid, à Casablanca, dix braves époux entendent ainsi, en prime-time, prouver à leurs compères que non, la femme n’est pas vouée à l’esclavage domestique. «Certains me critiquent et me regardent de travers parce que je laisse partir mon épouse en vacances. Il faut toujours que les gens parlent, surtout quand ils n’ont rien à dire», brocarde Abdelhak, un des participants à cette émission réalisée à partir d’un concept de la BBC, une première dans le monde arabe, une monstrueuse hérésie pour certains habitants : «Nous avons essuyé de nombreux refus, déplorent les réalisateurs Zakia Tahiri et Ahmed Bouchaala. Beaucoup d’hommes n’étaient pas prêts “dans leurs têtes”, à laisser partir leur femme vers une destination inconnue. D’autres ont refusé par crainte du qu’en dira-t-on». Les papotages, nos dix volontaires de la résidence El Baïda 11 n’en ont cure et récurent de bonne grâce coins et recoins de leur appartement : «Je vais pouvoir apprendre à faire des choses tout seul et à m’occuper de ma fille», promet Mohammed, que sa femme Fatima raille doucement : «Il ne sait faire que des œufs à la tomate. Je crains que ma fille ne mange que ça pendant une semaine». Un apprentissage pour Mohammed, une brève expérience, pas forcément renouvelable pour son voisin Mustapha. «Ça va me permettre de jouer le rôle de la femme pendant une semaine, c’est une aventure à vivre». Une «aventure», un événement isolé que l’on souhaite voir se muer en habitude, pour une meilleure répartition des tâches au sein du couple. Dans cet échantillon de ménages, seule Rachida connaît la parité domestique et en profite pour faire de la peinture : «Je ne suis pas inquiète. Brahim sait tout faire à la maison».