Les disciples de Molière rendent hommage à Saddiki

À l’occasion de la tournée au Maroc de La Comédie-Française, un hommage a été rendu à l’homme de théâtre Tayeb Saddiki, le 1er novembre à la salle Bahnini de Rabat. 

C’est un énième hommage auquel il n’aura pas participé. Tayeb Saddiki quitte rarement sa demeure et se débat contre la précarité de son état de santé. Mais cela n’a pas empêché les artistes, réunis ce dimanche 1er novembre, de lui rendre un fervent hommage à la salle Bahini de Rabat. Derrière cette célébration, La Comédie-Française, institution culturelle mythique de l’Hexagone, en collaboration avec le ministère de la culture marocain.  Pour rappel, La Comédie-Française est surnommée La maison de Molière…

Hommage à un disciple

Invitée par les instituts français au Maroc, La Comédie-Française est en tournée pendant un mois. «Le metteur en scène Hervé Pierre, curieux du théâtre marocain et fort intéressé par la rencontre des comédiens marocains, fait la découverte de Tayeb Saddiki dont il se procure les œuvres sur Amazone, puisque introuvables au Maroc», nous apprend la comédienne Bouthaina Elfekkak, coordinatrice du spectacle… Après moult lectures et la découverte de plusieurs points en commun avec le géant du théâtre marocain, lui-même formé en France, l’idée d’un hommage s’impose. Dans la troupe française, le comédien Simon Eine se remémore sa rencontre dans les années 50 avec Tayeb Saddiki qui interprétait le rôle de Scapin. Il fut donc évident pour tout le monde qu’il est du devoir des disciples de Molière de rendre hommage à leur confrère marocain. «L’une de ses nombreuses pièces, Molière ou pour l’amour de l’humanité, témoigne de son attachement passionné à notre maître… Nous voulions rendre hommage à cette grande figure du théâtre marocain, à ce grand poète et humaniste, symbole des relations passionnelles entre le Maroc et la France et bien sûr, à travers lui, à tous les artistes et créateurs marocains», explique Hervé Pierre.

«Nous avons pris contact avec le ministère de la culture pour impliquer des comédiens marocains dans ce bel événement. Il s’agit de personnalités proches de l’artiste, telles que Raouia, Mohamed Ayyad, qui se rend chez Tayeb Saddiki chaque semaine et nous tient au courant de son état de santé, ainsi qu’Abderrezak Saddiki, frère de l’artiste», ajoute Bouthaina Elfekkak qui, ayant déjà collaboré avec Hervé Pierre, s’est chargée de coordonner la participation des uns et des autres dans un spectacle riche et diversifié. «Nous avons également fait appel à Hbab El Ghiwane qui connaissent par cœur l’univers artistique de Tayeb Saddiki et son amour pour le patrimoine marocain».

Molière, «El Herraz» et Victor Hugo

L’entrée était libre dimanche dernier pour les amoureux du théâtre et des disciples de Saddiki. Dans la foule des gens présents, des comédiens, des hommes de lettres et de théâtre, des amis du dramaturge et un large public que le mauvais temps n’a pas réussi à décourager.

Quoi de plus normal que de jouer des extraits de Molière ou pour l’amour de l’humanité par La Comédie-Française? Les comédiens marocains, eux, ont fait honneur à l’une des pièces maîtresses de Saddiki: El Herraz, qui reste l’une des pièces les plus jouées du théâtre marocain.

En musique, Hbab Elghiwane ont mis en scène des morceaux qui ont longtemps inspiré le dramaturge marocain. Un témoignage de reconnaissance pour Tayeb Saddiki qui a instauré sa propre école du théâtre musical, en invitant sur scène des groupes mythiques tels que Jil Jilala et Nass El Ghiwane.

Mais le spectacle fut également embelli d’envolées poétiques, puisque «Tayeb Saddiki est connu pour son grand amour à la poésie. On a, donc, choisi des textes qu’il préfère d’Appolinaire, de Victor Hugo et d’Omar Khayyam», nous dit Bouthaïna Elfekkak. Tout un programme auquel l’artiste n’a pas pu prendre part, mais qui n’est pas de trop pour dire, en mots et en musique, le grand homme qu’il est.