Le FICAM 2020 célèbre l’Egypte

Pour sa 19e édition, le Festival international du film d’animation de Meknès célèbre les 85 ans du premier film d’animation égyptien. Un panorama africain explore les débuts prometteurs du genre au Maroc et en Afrique.

La 19e édition du Festival international de cinéma d’animation de Meknès se tiendra du 20 au 25 mars. Organisé par la Fondation Aïcha, en partenariat avec l’Institut français de Meknès, le FICAM gagne en notoriété un peu plus chaque année, avec une sélection qui s’étoffe des dernières grandes réalisations et des invités de marque. Son public, qui revient et se renouvelle, avoisine les 30 000 passionnés à chaque édition.

Avec une programmation respectable, faite de masterclasses et de making-of, ainsi qu’une compétition qui n’a rien à envier aux événements concurrents, le FICAM est au cœur d’une dynamique africaine du cinéma d’animation. La 19e édition célébrera, d’ailleurs, les 85 ans du premier film d’animation égyptien, en consacrant l’Egypte comme l’invité d’honneur. En effet, l’animation égyptienne, pionnière dans le jeune continent, constitue le modèle à suivre en termes de production. Le public du FICAM aura donc la chance d’assister à la projection du «Chevalier et la Princesse», premier long-métrage d’animation égyptien. Programmé en ouverture de l’édition, en présence de son scénariste et réalisateur, l’immense Bashir El Deek, le film, tiré d’un conte du VIIe siècle, a été réalisé sur une période de vingt ans par une équipe entièrement arabe.

Le festival consacre également une rétrospective aux frères Frenkel, pionniers du cinéma d’animation en Egypte, dont les Mish Mish Efendy étaient les personnes emblématiques. Dans la Bourse Egyptienne du 24 mai 1935, l’on pouvait lire: «Mickey Mouse a un frère égyptien.

Comme les Mickey Mouse et les Betty Boop d’Amérique, l’Egypte a aujourd’hui son Mish Mish Effendi national. C’est le héros qui illustre le premier dessin animé égyptien projeté cette semaine au Cosmograph…». C’est Didier Frenkel, fils et neveu des frères Frenkel, qui présentera, sur support 35 mm, les trésors de l’animation: Mafish fayda (1936), Défense nationale (1939), Bi lhana oua chifa (1946)…

En outre, un panorama africain mettra la lumière sur les dernières réalisations du continent. Les films sélectionnés viennent d’Egypte, de Tunisie, d’Algérie, du Mozambique, du Bénin, de Côte d’Ivoire, du Mali et du Maroc. Pour info, le prestigieux festival d’animation d’Annecy désigne également l’Afrique comme invité d’honneur cette année.

FICAM
FICAM