L’Andalousie dans tout son éclat

Les ouvrages sur cette parenthèse historique flamboyante que fut l’Andalousie se comptent en centaines

Les ouvrages sur cette parenthèse historique flamboyante que fut l’Andalousie se comptent en centaines. Mais celui écrit à deux mains par Kenza Homman Loudiyi et Abdellah El Ghazouani, deux historiens dont malheureusement le livre ne dit mot, a la particularité de se présenter comme un roman. De fait, les narrateurs s’effacent souvent pour laisser la parole aux personnages qui deviennent ainsi à leur tour narrateurs. Grâce à ce procédé, la sécheresse de l’écriture histoique est grandement atténuée, et elle gagne en fluidité, cette vertu peu cultivée par les historiens. Pour autant, les auteurs ne se laissent à aucun moment tenter par les charmes de la fiction. Les faits racontés correspondent à la vérité établie depuis longtemps par la riche littérature sur l’Andalousie. Au fil des pages de Al-Andalus(*), se découvrent les contours de ce paradis perdu, depuis l’incursion de Tariq Ibnou Ziyad dans les rivages européens jusqu’à la pathétique capitulation de Bouabdil, le dernier roi de Grenade, en passant par les querelles intestines mettant à mal l’unité de l’Andalousie. L’autre intérêt de cet ouvrage réside dans son évocation des figures emblématiques qui ont porté haut le royaume andalou : Al Mouâtamid Ibnou Abbad, le roi sévillan esthète et poète; Hafsa Bint El Hajj, poétesse et femme d’une grande beauté, «volée» au poète Abou Jaâfar par le gouverneur de Grenade; Lissan Din Ibn Al Khatib, ministre lettré du roi de Grenade; Ziryab, musicien et musicologue, au talent et au savoir époustouflants… Ce n’est pas le moindre des mérites de Al-Andalus que d’avoir fait revivre ces personnages historiques de haut vol.