L’Amour aux temps du choléra, de Gabriel Garcia Marquez

Extrait :
«Le problème du mariage, c’est qu’il meurt toutes les nuits après l’amour et qu’il faut le reconstruire tous les matins avant le petit déjeuner». 

– Auteur : Gabriel Garcia Marquez, romancier, nouvelliste et activiste politique colombien, Prix Nobel de littérature en 1982.
– Edition : Livre de Poche (1992)
– Année : 1985
– Nombre de pages : 479
Prix : 35 dirhams, promotion !

 

 

Gabriel Garcia Marquez est un faiseur de fresques. Il vous tient en haleine, même si l’histoire doit durer plusieurs générations. Celle-ci se répand doucement, sur environ cinq décennies. Pas de péripéties échevelées. L’amour ne se consume pas au fil des pages, il est marathonien, méticuleusement entretenu. Dans un coin des Caraïbes, le pauvre et gauche Florentino s’éprend de l’éblouissante Fermina, qui accepte de l’épouser mais finit par lui préférer le docteur Urbino, un riche médecin promis à un bel avenir. Éconduit, Florentino cravachera quand même toute sa vie pour mériter celle qu’il aimera fanatiquement pendant un demi-siècle. Une trame assez banale, tout compte fait, direz-vous. Ce serait très mal connaître le génie de Garcia Marquez qui, avec du vieux, fait de l’inédit, avec de l’ordinaire, fait du grandiose.