La splendide épopée de Caftan

C’est le rendez-vous qu’attendent fébrilement toutes les fashionistas : la dix-huitième édition de Caftan déploiera son faste le 10 mai au Palmeraie Resort de Marrakech, sous le thème des «Splendeurs des empires».

Les empires ont la cote. L’engouement pour le fameux Siècle magnifique, série turque à succès plus connue chez nous sous le nom de Hareem Al-Sultan, vous renseignera sur la fascination et la frénésie qui s’emparent d’un public de plus en plus large à la vue des fastes impériaux et autres reliques dorées du passé. En 2013, plus de 204 millions de téléspectateurs de par le monde ont été séduits par la saga inspirée de la dynastie ottomane ! Même l’Occident semble succomber à cette fièvre : l’épopée de Daenerys Targaryen bâtissant patiemment son empire dans le sanglant Game of Thrones a explosé tous les records, rassemblant 6,9 millions de téléspectateurs durant la seule soirée du dimanche 27 avril ! Une audience historique, inégalée. 

Cette ferveur n’a pas dû échapper aux organisateurs de Caftan. «Splendeurs des empires» est donc le thème retenu par le mensuel Femmes du Maroc pour cette dix-huitième édition du défilé de haute couture marocaine. Samedi 10 mai au Palmeraie Resort de Marrakech on s’attend à un spectacle des plus majestueux, durant lequel les créateurs sont invités à faire renaître rien moins que les splendeurs des empires romain, babylonien, macédonien, russe, chinois, ottoman, perse, égyptien, l’époque «de ces hommes et ces femmes qui ont marqué l’histoire de l’humanité par des guerres victorieuses ou des défaites désastreuses tout en initiant des traditions aujourd’hui millénaires», clame un appel aux stylistes exaltés.

16 collections de 112 tenues

Seize couturiers confirmés et débutants ont été sélectionnés pour cette grand-messe du caftan : Meryem Boussikouk, Maria Ouazzani Chahdi, Samira Mhaidi Knouzi, Meriem Belkhayat, Amina Boussayri, Roméo, Safae Ibrahimi, Nisrine ezzaki Bakkali, Kacem Sahl, Siham El Habti, Nabil Dahani, Ihsanne Ghailane, Zineb Lyoubi, Fouzia Naciri et Khadija Lehoujouji. Au fil des cent douze tenues proposées au public, dans un décor que l’on devine fastueux, ces stylistes devront refléter «l’héritage des grands empires», «de la culture en passant par le métissage, l’alphabet, le système monétaire, l’orfèvrerie, la mode ou encore les rituels de beauté…» Pour éviter de lasser les spectateurs, des fresques chorégraphiques assurées par les 157 danseurs aguerris de la compagnie International Spectacle ponctueront, comme à l’accoutumée, le défilé.
«Le caftan, mais de manière générale le Maroc et sa culture, tirent leur richesse d’un lointain et glorieux passé», affirme Zineb Ibnouzahir Lahlou dans une interview accordée à Aujourd’hui le Maroc. La nouvelle directrice de publication du mensuel Femmes du Maroc sait de quoi elle parle. Dans le riche entretien qu’elle y a mené il y a quelque temps déjà avec l’historienne de l’art et de la mode Rachida Alaoui, on découvre l’origine persane de ce vêtement magnifique (prononcé Khaftane par les Iraniens), son arrivée au Maroc vers la fin du XVe siècle, ses différentes coupes, ses somptueuses étoffes importées d’Europe, sa diffusion auprès d’une riche et citadine clientèle de Fès et de Meknès… On suit également les évolutions du caftan, tenue du quotidien en Perse devenue peu à peu habit de fêtes tout en passementeries d’or et d’argent ; costume traditionnel coupé en «T», ample et encombrant, métamorphosé à l’ère moderne en tunique affriolante, largement échancrée, frôlant parfois une excentricité qui fait s’extasier les passionnées de mode et pousser les hauts cris aux puristes… Bref, un large pan de l’histoire du caftan, de ses nouveautés et de sa splendeur vous sera dévoilé lors du défilé. Rendez-vous le 10 mai à Marrakech.