« La Culture apaise le peuple »

Avis de Tarik Mounim, Président de l’association Save Cinemas in Morocco

Voilà une très chouette initiative de l’association SCIM : le week-end dernier, pendant les journées du Patrimoine organisées par Casamémoire, des guides ont fait (re)découvrir les cinémas emblématiques, fermés et ouverts, de Casablanca.

Qu’avez-vous fait découvrir aux Casablancais lors des visites du week-end dernier ?

SCIM Ciné Tour, ce fut l’occasion unique d’entrer dans un univers, celui des salles de cinéma qui ont marqué Casablanca. Le cinéma était une sortie à part entière. C’était comme d’aller à l’opéra. Tenue correcte exigée, programme bien étudié à l’avance. Ces visites que nous offrons permettent à tous de se rendre compte du patrimoine matériel et immatériel (souvenirs, marque des spectateurs qui nous ont précédés) que détiennent les salles au cœur de la vie et parfois dans des endroits insolites. L’architecture encore visible montre à quel point ces salles étaient le lieu de rencontre entre le public et le cinéma mais aussi entre les gens qui fréquentaient ces salles.

 Que peut-on faire très concrètement pour empêcher le délabrement et la disparition de ce qui reste de ce patrimoine ?

Concrètement, il faut participer à la réflexion, être une force de proposition et de fédération comme nous le faisons depuis 2007. Le but étant de réunir les différents acteurs au sein des collectivités territoriales car la culture est l’affaire de tous. Au-delà de cela, il est nécessaire de classer parmi les monuments à sauvegarder les salles qui représentent un patrimoine indéniable pour le Maroc, ensuite unir les acteurs compétents pour restaurer, et rendre à la salle sa fonction originelle, celle d’espace culturel. C’est un travail de longue haleine, qui prend du temps, mais qui doit être fait.

Rappelez-nous pourquoi il est si important que les Marocains disposent de salles de cinéma de proximité…

La culture a toujours été un moyen d’apaiser le peuple. Dans un monde qui va sans cesse de plus en plus vite, un monde où la rentabilité et le travail sont au sommet de la vie d’un individu, le seul espace temps pour ce dernier pour souffler et se ressourcer c’est la culture. Au même titre que la musique, la lecture, la danse, le chant, aller au cinéma permet de s’évader ; mais pas seulement, il s’agit aussi de poser un regard sur des horizons différents, regarder par une fenêtre, et toucher par l’imaginaire, ce que l’on ne pourrait connaître dans notre quotidien. La salle de cinéma de proximité est un moyen d’ouverture vers le monde, inutile de traverser toute la ville pour voir un film, s’immerger complètement et ressortir avec, soit des émotions nouvelles, soit des aspirations nouvelles, ou tout simplement un canevas de plus pour lire le monde qui nous entoure.

Le champ culturel du cinéma et de la salle est très vaste, et il est un réel vecteur social au sein d’un quartier, il donne une identité à ce dernier, il devient un point clé pour les jeunes et les moins jeunes. Avec un pays qui compte moins de 35 salles, alors qu’il en comptait plus de 280 il y a une dizaine d’années, nous ne pouvons que nous alarmer et tout faire pour qu’un peu partout au Maroc, chaque individu puisse avoir le choix ou non d’accéder à la culture par la salle de cinéma.