La chaleur du Maroc et de la nostalgie

Une attendrissante quête de l’identité doublée d’une intrigante immersion dans le Maroc des années 1970. Un roman écrit avec élégance et sensibilité.

Extrait :

«J’ai eu la chance de naître une seconde fois. Pas comme vous l’imaginez sans doute, une vie après, non, ce n’est pas de cela que je parle. Pas de Dieu, ni de Paradis, ni d’angelots, rien que de la pensée à perte de temps et l’honnêteté de regretter mes choix, mais ce n’est pas cette histoire que je vais vous conter, non, cependant je suis bien né une seconde fois».

En quelques mots :

Rouge Argile, c’est la couleur de la terre brûlée du Maroc, la couleur des cendres des souvenirs et du passé, des épices odorantes et des secrets de famille… C’est la couleur de Rosa, 40 ans, mère de famille qui partage une existence paisible avec son mari à Paris, et dont les enfants viennent de quitter un par un la maison familiale pour voler de leurs propres ailes. Son passé la rattrape brutalement lorsqu’on lui annonce la mort d’Egon, son père adoptif, personne chère à son cœur, avec qui elle a grandi dans la vieille maison de Sejâa (région de Fès) à l’époque coloniale.
Mais cette époque n’est plus, et son retour au Maroc pour un dernier adieu à Egon est un plongeon dans son passé, ses ombres et ses mystères. La vieille maison entourée d’une orangeraie qui l’accueille bras ouverts, sa nourrice maintenant âgée qui lui réchauffe le cœur dans son giron et le fantôme insistant d’Egon mettent en balance la perfection froide et mécanique de sa vie parisienne et sa véritable identité aux couleurs marocaines. A 40 ans, est-il encore temps de décider de ce qu’on veut faire de sa vie ?

L’auteur :

Virginie Ollagnier est née à Lyon en 1970. Formatrice en communication écrite et scénariste de bandes dessinées, elle a publié notamment Toutes ces vies qu’on abandonne (2007, lauréat de 11 prix littéraires) et L’Incertaine (2008) chez Liana Levi éditions. Rouge Argile est son troisième roman.

Ce qu’en pense La Vie éco :

Une attendrissante quête de l’identité doublée d’une intrigante immersion dans le Maroc des années 1970. Un roman écrit avec élégance et sensibilité.

«Rouge Argile», Virginie Ollagnier, Edition Liana Levi Piccolo,  janvier 2013, 215 pages, 130 DH.