Jusqu’au bout de la Nuit des philosophes

À Rabat le 27 novembre et à Casablanca le 28 novembre, les philosophes occuperont l’espace de l’Institut français le temps d’une nuit de rencontres et d’échanges avec le public.

La Nuit des philosophes revient cette année avec la promesse de longues discussions qui font du bien à l’esprit. Après avoir réussi à réunir plus de neuf mille personnes en 2014, dont la grande majorité était constituée de jeunes lycéens et étudiants, l’Institut français du Maroc récidive avec une deuxième édition plus ambitieuse dont le commissariat sera assuré cette année par Driss Ksikes, Abdallah Belghiti Alaoui, Driss Jaydane, Agnès Grivaux et Marc Crépon. Un excellent staff qui a établi la programmation et qui s’attellera à diriger les interventions des philosophes invités.

S’il y a bien une discipline qui peut mettre à mal tous les extrémismes, c’est bien la philosophie. Aussi, le programme de La Nuit des philosophes essaiera de répondre à plusieurs interrogations liées aux «Idéologies, croyances et violence». Un sujet d’actualité pour la France, toujours endeuillée par les terribles attaques terroristes du 13 novembre.

La philosophie contre les violences

La Nuit des philosophes permettra ainsi la rencontre d’intervenants venus de France et du Maroc pour des débats, en français et en arabe, qui permettront de dresser un portrait complet de la pensée radicale.

D’autres thématiques seront également discutées, telles que les «Héritages et modernités», la «Fragile démocratie», «Cité et hospitalité» et «Homme, nature et progrès». Autant de sujets qui interpellent le philosophe, indépendamment de sa situation géographique ou de son école de réflexion.

Interviendront, lors de cette longue nuit, Geneviève Fraisse, philosophe et historienne de la pensée féministe, Mustapha Laârissa, philosophe et président de la commission régionale des droits de l’homme de Marrakech, Guillaume Le Blanc, philosophe et écrivain, Mohammed Doukkali, professeur de philosophie à la faculté des lettres et des sciences humaines à Rabat, Jean-Claude Monod, philosophe et cinéaste, Nouzha Guessous, chercheuse et consultante en droits humains et en bioéthique, Noureddine Affaya, professeur de philosophie moderne, Cynthia Fleury, enseignante de la philosophie politique, Anoush Ganjipour, docteur en littérature générale et comparée et bien d’autres invités…

En marge de la philo

L’événement sera ponctué de lectures et de concerts, avec des expositions habillant les murs des lieux. La Nuit des philosophes est une occasion idéale pour rendre hommage à d’importantes figures de la philosophie au Maroc, tels que Mohamed Abed Al Jabri, Najib Baladi, Jean Ferrari et Mohamed Aziz Lahbabi.

Nouveauté de la deuxième édition, un concours de dissertations philosophique écrit a été organisé par l’Institut français du Maroc, en partenariat avec HEM, sous l’intitulé «Graine de philosophe– A vos plumes citoyens !», et ce, afin de stimuler l’engagement personnel des jeunes bacheliers, en classe terminale, dans la société en leur offrant un espace d’expression écrite. Le thème choisi étant «Avons-nous besoin de philosophie aujourd’hui?», l’objectif du concours est de connecter les jeunes avec la philosophie, en les incitant à développer une ouverture d’esprit, de les amener à réfléchir autrement et à élaborer une logique de pensée qui n’est définitivement pas unique. Un jury de sélection se prononcera sur la base de la qualité de la rédaction, la solidité des arguments, la force de l’engagement personnel ainsi que sur des critères de forme. Les deux premiers gagnants bénéficieront d’un voyage à Paris.

Nuit--des-philosophes2