Jazz au Chellah 2013 : honneur aux dames

Jusqu’au dimanche 15 septembre à  Rabat, la dix-huitième édition du festival «Jazz au Chellah» vous fait découvrir 15 groupes et 56 musiciens venant de 14 pays d’Europe. Cerise sur le gà¢teau : la programmation, cette année, est «sensiblement féminine», nous disent les directeurs artistiques. Que du bonheur !

Majid Bekkas et Jean-Pierre Bissot semblent satisfaits: le festival pour lequel ils concoctent chaque année une programmation musicale goûteuse et pointue touche, d’après eux, «un public local de plus en plus enthousiaste». Et une faune de plus en plus bigarrée : «Beaucoup de jeunes y cohabitent avec des auditeurs plus âgés, car c’est aussi ça le jazz, une forme d’expression intergénérationnelle».
Chevaleresques, les directeurs artistiques de Jazz au Chellah mettent cette année en lumière une musique aux sonorités essentiellement féminines, pleines de suavité, de malice et d’exubérance. Un régal pour l’ouïe !  

Tamara Obrovac Quartet

Ce gracieux et pétillant bout de femme nous vient de Croatie et roule les «r» d’une exquise manière. Écoutez quelques-uns de ses morceaux sur Youtube avant d’aller au concert du vendredi 13 septembre, vous serez conquis par cette auteure, compositrice, interprète (et flûtiste !) qui a su s’entourer de musiciens délicieusement extravagants, capables d’instaurer une belle complicité avec le public, de lui faire répéter toutes sortes de charmantes niaiseries et autres onomatopées… «Jazz woman très respectée, sa musique est le produit de ses voyages et de ses origines. Ses compositions incorporent des éléments du jazz moderne et de la musique méditerranéenne, sur fond d’un dialecte croate qui donne à sa musique une voix nouvelle pour s’exprimer pleinement», vante le dossier de presse du festival. Courez-y, c’est à partir de 20h au Chellah !     

Savina Yannatou Salonico Quartet

Dans un registre moins «fantasque», il y a cette divine voix grecque, posée et lancinante, qui murmure, explose, hulule, bredouille des sons étranges… Qui a tout pour vous plaire, que dis-je ! Pour vous envoûter. Sa musique est mystérieuse, pleine de capiteuses mélopées jaillies du répertoire traditionnel grec, qu’elle enroule dans du free jazz, qu’elle mixe avec d’autres sons, venus de différentes contrées méditerranéennes. Son autre merveilleux atout : les six musiciens qui l’accompagnent, du groupe Primavera en Salonico, des virtuoses de l’accordéon, du qanun, de la flûte, du oud, de la guitare, du tambour ou encore de la contrebasse… Savourez cette célébration mystique le samedi 14 septembre !  

Bnet Houariyat Quintet & Gourmet Sextet

On ne présente plus ces vénérables dames à l’inimitable accent marrakchi, qui vous mettent un public sens dessus dessous à coup de taârijas, de castagnettes et de douces complaintes bien de chez nous. Menées par Khadija Ouarzazia, «une des rares femmes au Maroc ayant une parfaite connaissance du répertoire gnaoua», assurent les organisateurs, les Bnet Houariyat fusionnent, le temps d’une soirée, avec le Gourmet Sextet, de jeunes instrumentistes finlandais au style «rythmé, épicé, brillant»: on a hâte de voir ce que ce mélange festif, plein de jazz, de blues, de tango, de rock et de rythmes houaris, va donner  dimanche 15 septembre! À ne pas rater, pour clôturer en beauté cette très chouette édition.