Jawhara pour faire briller la région de Doukkala

Du 4 au 6 août, la région de Doukkala sera en fête durant le festival Jawhara. Derrière cet événement culturel, une réelle volonté d’émergence se profile.

«Le festival n’est pas uniquement une fête, mais un moyen d’affirmation de la province d’El Jadida comme point d’impact culturel et économique dans le cadre d’une concurrence saine entre provinces et régions». C’est en ces mots vibrants de passion que s’est exprimé Mouad Jamaï, le gouverneur de la province d’El Jadida. Lors de la conférence de presse tenue au Mazagan Beach Ressort, les organisateurs de l’événement se sont passé la parole pour abonder dans ce sens et inviter les différents acteurs locaux à prendre part dans ce «soulèvement» pacifique, mais surtout très festif, pour faire resplendir l’antique Mazagão.

En effet riche d’une histoire séculaire, la ville d’El Jadida a connu un incroyable essor urbanistique et économique, qui a transformé son visage durant les cent dernières années. A sa vocation agricole, s’est ajouté l’industrie et le tourisme qui se développe à vue d’œil.

Un festival très sport

Pourtant, noyée dans l’ombre du Grand Casablanca, la région de Doukkala peine à se faire entendre. Le festival Jawhara représente alors un atout majeur pour attirer l’attention sur toutes les potentialités de la ville, dans une bonne ambiance définitivement doukkalie. En plus des concerts musicaux qui auront lieu dans les scènes d’El Jadida, d’Azemmour et de Bir-Jdid, le festival Jawhara a pris le pari de toucher à tout, depuis le théâtre jusqu’aux arts plastiques. Une exposition d’artistes peintres locaux et nationaux est, d’ailleurs, prévue à la Galerie Chaïbia Talal. Mais le festival prévoit également une riche programmation sportive, avec des compétitions de beach soccer ou de beach-volley qui se professionnalisent, avec des enjeux importants à la clé, comme la participation des gagnants aux Jeux olympiques de Rio.

Derrière cet investissement en temps et en ressources, une volonté d’attirer la jeunesse. «Ce sont souvent les jeunes qui décident du lieu des vacances. Nous voulons combler le public fait essentiellement de jeunes», explique le gouverneur de la province d’El Jadida. Et d’ajouter : «Si les débuts des compétitions de sports de plage étaient timides, l’édition de Jawhara 2016 a de quoi placer El Jadida en tête des villes engagées dans ces disciplines».

Un hic avec Cheb Bilal ?

Cheb Bilal a annulé son concert prévu pour la clôture des nuits d’El Jadida. Le communiqué du festival Jawhara le confirme suite à la nouvelle du décès de la mère du chanteur algérien qui le dispense évidemment de se produire au festival ce week-end. Pourtant la star du raï aurait aimé honorer son engagement, surtout après avoir eu vent des réserves soulevées par la presse locale quant à la polémique provoquée par les récentes déclarations du chanteur.. En effet, Cheb Bilal avait défrayé la chronique récemment en déclarant lors d’une interview qu’il n’aurait que faire de la nationalité marocaine. Le gouverneur de la province d’El Jadida himself a pris sa défense lors de la conférence de presse, pour inviter la presse locale à revoir l’intégralité de l’interview, loin de toute passion ou chauvinisme. Un bon sens qui ne peut qu’être bénéfique pour un événement à vocation aussi bien culturelle que diplomatique.