Hommage à  Ammouri M’barek à  Timitar

En marge du Festival Timitar, signes et cultures, une création théà¢trale en hommage à  feu Ammouri M’barek est présentée le 25 juillet au Jardin Olhao à  Agadir.

Abeille, je veux être ton compagnon de route. Tel est le titre de la création théâtrale, produite par Timitar et dédiée à l’artiste avant-gardiste Ammouri M’barek. Le spectacle met en scène l’œuvre musicale et poétique de l’artiste, à travers l’interprétation de plusieurs artistes, issus d’horizons différents. Comédiens marocains et étrangers, musiciens de la nouvelle scène, se sont prêtés à l’expérience sous la direction du dramaturge Abderrazzak Zitouny.

L’artiste polyglotte   

Né en 1951, Ammouri M’barek est l’un de ces musiciens qui ont baigné dans la tradition musicale du Haut-Atlas, tout en s’ouvrant sur les rythmes du monde. À 5 ans déjà, il pousse la chansonnette en gambadant aux côtés du troupeau familial à Irguiten, son village natal. Orphelin à 8 ans, il poursuit ses études à Taroudant, où il rencontre des jeunes, comme lui, assoiffés de musique occidentale. Très vite, il forme un premier groupe, les Birds, et chante en français. Un deuxième groupe, fortement influencé par les Ghiwan, sera quant à lui arabophone. Le chant en langue amazighe ne s’imposera à Ammouri M’barek que plus tard, suite à une rencontre avec un responsable de l’AMREC(Association marocaine de recherche et d’échanges culturels), fervent défenseur de l’identité amazighe. Ainsi naît le groupe Ousman (éclairs).

Innovant et moderniste, Ammouri M’barek ne cesse de bouleverser les codes de la musique amazighe au sein du groupe Ousman  dont le succès est foudroyant. L’Olympia de Paris, le Palais des Beaux Arts de Bruxelles ou encore le Palais d’Hiver de Lyon en gardent quelques souvenirs.

Une carrière solo

Mais les ambitions d’Ammouri toujours croissantes le poussent à se séparer du groupe en 1978, pour mener une carrière en solo. C’est à l’époque qu’il enregistre Tazwit nera nek dim a nmun (Abeille, je veux être ton compagnon de route). «Si je me suis effectivement lancé dans une carrière en solo, c’est parce que cela répondait à mes aspirations et à mes conceptions personnelles du travail artistique. Cela ne veut pas dire que j’ai rompu avec la notion de travail collectif», disait-il.
Durant sa carrière, Ammouri M’barek interprétera les textes de grands poètes contemporains amazighs, tels que Azayko, Moussaoui, Akhiyyat. Au cœur de ses sons, l’identité amazighe, l’amour et l’exil ont une place de choix.

Un spectacle hommage

Pour rendre hommage à Ammouri M’barek, le Festival Timitar a choisi la forme d’un spectacle théâtrale traversant le vécu et l’œuvre de ce grand artiste. Mis en scène par Abderrazak Zitouny, le travail associe plusieurs performances d’artistes franco-marocains. Parmi les comédiens figurent les noms d’Anne Juliette Vassort, Zahra Elmahboul, Hanane Belhoucine, Mohammed Ait Siaddi, Vincent Clavaguera, Nourdine Touami et Ahmed Yassine El Allali.
Côté musique, le spectacle connaîtra la participation de Hicham Massine, Khalid Berkaoui, Mustapha Amal, Foulane, Omar Akhatar et Abderrahim Moustaine. Le spectacle se veut à la fois un hommage à une icône de la musique amazighe et un flambeau décerné à une nouvelle génération d’artistes ouverts sur le monde.