Geneviève Barrier Demnati, une autre Isabelle Eberhard

Artiste-peintre, dont les Å“uvres ont sillonné les galeries mondiales entre 1920 et 1960, elle faisait partie du groupe des peintres étrangers au Maroc. Au-delà  du livre, c’est le destin d’une famille marocaine, les Demnati, qui nous est révélé.

Avril 2010, les cimaises de l’Institut français de Rabat ont accueilli une infime partie des œuvres de Geneviève Barrier Demnati. A l’occasion, sa petite fille, Malika Demnati Mansouri, a concocté un livre d’art où elle reconstitue le fabuleux destin de sa grand-mère paternelle.
Mai 2014, les éditions Graphely nous proposent la version arabe du livre, traduit par le critique d’art Farid Zahi, pour le grand plaisir du lectorat arabophone.

Née en 1893 en France, la vie de Geneviève Barrier Demnati est un roman épique en quête d’un réalisateur talentueux pour une adaptation cinématographique. Artiste-peintre, dont les œuvres ont sillonné les galeries mondiales entre 1920 et 1960, elle faisait partie du groupe des peintres étrangers au Maroc à l’instar de Gabriel Rousseau, Jean Hainaut ou Jacques Majorelle. Auteur dont la plume a séduit plus d’un, tel Maurice Privat qui a écrit qu’«à défaut d’être peintre elle aurait pu sans conteste être écrivain». Grande voyageuse, à dos de chevaux ou de dromadaires, habillée en notable arabe, à l’instar d’Isabelle Eberhard, elle a parcouru les déserts marocain, algérien et tunisien.

La découverte du Sahara, sa lumière, son silence, l’infini… l’a décidé à quitter les brumes parisiennes pour le soleil marocain. Et c’est à Marrakech qu’elle rencontre en 1926 son futur mari, Lahoucine Demnati, l’un des premiers entrepreneurs marocains, l’associé de Jean Epinat, fondateur de l’ONA.

Geneviève Barrier Demnati décède en 1964, nous léguant une œuvre qui reste à redécouvrir. Malika évoque sa disparition avec des mots émouvants: «A cette terre, elle a fait don de son cœur et de son talent. Elle y a reçu la foi. Elle repose en musulmane sous la voûte céleste choisie, pour son paisible éclat, pour sa vérité». Geneviève Barrier Demnati est enterrée à Taroudant.

Au-delà du livre, c’est le destin d’une famille marocaine, les Demnati, qui nous est révélé. Un travail de mémoire ô combien salutaire.

(*) «Geneviève Barrier Demnati»,
Malika Demnati El Mansouri, Graphely, Rabat, 2013. Prix 175DH.

Nota : Une exposition est prévue pour le mois d’octobre à Rabat.