Galerie A2 : un espace d’art avec un supplément d’âme

La Galerie A2 vient d’ouvrir ses portes Casablanca. Plus qu’un simple espace d’exposition-vente, le lieu se veut une plateforme d’édition et de promotion créative.

Difficile de résister à l’appel des sens, lorsque au détour d’une balade fortuite, l’on se retrouve à l’entrée de la Galerie A2. Très vite, le regard est capturé par une orgie de couleurs, de formes et de matériaux qui grisent et aspirent vers un intérieur où l’on prend place, avec délectation, dans un espace de lecture convivial. Cofondée par l’architecte et sculpteur, Taoufiq Aïouch, et la journaliste et RP, Imane Azmi, la Galerie A2 est la consécration d’un rêve commun de créer une plateforme culturelle qui relie et rassemble plusieurs métiers d’art et de culture.

«Il y a très peu de lieux à Casablanca où l’on peut s’imbiber d’art et de culture de façon sereine et libre, loin des impératifs mercantiles et des protocoles guindés, voire intimidants, qui cortègent les espaces d’art et de culture. Dans la Galerie A2, nous voulions d’abord un espace qui ressemblerait à l’esprit de Casablanca : frais et chaleureux», explique Taoufiq Aïouch.

«Dès les premiers remue-méninges, l’on s’est mis d’accord, Taoufiq et moi, sur la nécessité de créer un concept nouveau, tenant à la fois du concept store et de la galerie d’art, mais en agissant également en amont et en aval du processus créatif, en s’investissant à la fois dans l’édition comme dans la promotion», ajoute Imane Azmi.

Le paradis des créateurs

Stylisme, sculptures, peintures, photographies, joaillerie, bagagerie, mobilier, porcelaine, design, livres : il faut avoir du temps pour découvrir les mille et une œuvres qui remplissent l’espace de la galerie. Toutes signées par des artistes, jeunes ou confirmés, les créations s’étalent sur une fourchette de prix très large, sans discrimination aucune dans la promotion ou la mise en avant.

«La valeur d’une œuvre tient de sa créativité, son originalité et du message qu’elle véhicule, peu importe son prix. D’ailleurs, dans le choix de ce qu’on expose, on mise surtout sur l’effort fourni et l’émotion mise dans l’œuvre, au lieu de chercher la sophistication à tout prix», confie le sculpteur. Ce qu’on comprend aisément lorsqu’on découvre la magnifique étreinte, sculpture en polyester grandeur nature, réalisée par lui-même, ou encore la très belle sculpture métallique d’une mère et de son enfant, d’un buste jaune du sculpteur ou les multiples installations animalières du Congolais Ulrich Zouanda.

On découvre également avec beaucoup d’émotion et de plaisir les créations graphiques d’un jeune autiste, les créations visuelles d’Imane Chaïr, le mobilier design de l’artiste Sylvia Chiabrera, les coups de crayon émouvant de Mara Benigno Harti, les créations de la styliste Khadija Bouzroud ou encore bijoux baroques d’inspiration zellige et broderies de Mouna Marini. Au fond, essais, romans et beaux livres trônent en maîtres dans l’espace librairie, en hommage aux métiers du livre. «En matière de sens et de beauté, il n’y a pas plus expressif que le livre», explique Imane Azmi.

Production et promotion

Plus qu’un simple espace de vente d’objet d’art, la Galerie A2 a été pensée comme une plateforme culturelle. Dotée d’une grande surface aménageable à souhait et d’un espace intérieur dégagé, A2 est censée offrir aux créateurs une vitrine permanente pour leur création, ainsi qu’un espace de co-working et d’échange. Toujours dans l’objectif de promotion de l’art et de la culture, tout un volet événementiel a été pensé et planifié, depuis les installations artistiques jusqu’aux rencontres littéraires, en passant par des projections de documentaires ou de films, ainsi que des performances artistiques (théâtre et musique). Des événements sporadiques seront bientôt communiqués, en attendant une programmation structurée qui prendra place dès la rentrée.

Mais, à terme, la Galerie A2 compte s’investir dans le processus de production d’art. «Lorsqu’on a commencé à élaborer le concept, on a été vite amené à nous interroger sur le circuit actuel de l’édition artistique, d’en étudier les schémas établis, pour créer un nouveau mode qui puisse faciliter la création», étaye Imane Azmi. La résidence de création s’est alors imposée comme objectif à développer, dans un deuxième temps, et qui permettrait à des artistes invités de travailler et de collaborer, dans les espaces attenants de la Galerie A2. A découvrir incessamment…