FIFM : la tête dans les étoiles

Du 4 au 12 décembre, la ville ocre brillera sous les projecteurs de la 15e édition du Festival international du film de Marrakech.

C’est une édition d’autant plus précieuse qu’elle survient dans un climat assez morose sur le plan international et qui remet une dose d’art et de rêve dans un quotidien lourd d’appréhensions.

Dans la sélection officielle cette année, quinze longs métrages ont été choisis avec soin, en privilégiant l’ouverture sur les jeunes cinéastes et la diversité dans les créations proposées. Les coups de cœur et les hors-sélection ont été choisis selon les mêmes critères. On y trouvera Rock The Kasbah de Barry Levinson, comme La Marche verte de Youssef Britel, ou encore Braqueurs du Français Julien Leclerq.

Des stars internationales seront présentes aussi bien dans le jury présidé par Francis Coppola que dans les Masterclasses, ou dans les hommages. Une confiance renouvelée en cet événement qui gagne, haut la main, sa place entre les festivals de prestige de par le monde.

D’Europe et d’Amérique

Babai de Visar Morina (Allemagne, Kosovo, Macédoine & France) raconte le Kosovo de 1990 avant que la guerre n’éclate, à travers l’histoire de Nori, un enfant obstiné qui refuse que son père l’abandonne et qui décide de le retrouver.

Closer Monster, de Stephen Dunn, représente le Canada. C’est l’histoire d’Oscar qui est sacrément endommagé par des traumatismes d’enfance et qui va peu à peu retrouver sa vraie nature grâce à l’amitié d’un hamster parlant !

Cop Car, de Jon Watts (USA), c’est la poursuite de deux enfants de dix ans qui ont volé la voiture du shérif véreux d’une toute petite ville.
Du Mexique, vient Desierto de Jonas Cuaron. Une histoire de migration clandestine qui donne lieu à un duel sanglant avec un agent sans foi ni loi.
Keeper est une production franco-belgo-suisse signée Guillaume Senez, racontant l’histoire d’un couple adolescent confronté à une grossesse accidentelle.

Key House Mirror est le film du Danois Michael Noer. On y rencontrera Lily, une retraitée qui, piégée auprès de son mari handicapé, décide de fuir avec le résident de la chambre d’en face dans leur maison de retraite.

Neon Bull est un film de Gabriel Mascaro, représentant le Brésil, l’Uruguay et les Pays-Bas. Iremar, chargé de préparer les bêtes pour le rodéo typique de son village au Brésil, se trouve séduit par l’idée de travailler dans l’industrie du textile qui gagne de plus en plus d’espace.

Virgin Mountain de Dagu Kari (Islande et Danemark) est l’histoire d’un géant timide qui va bouleverser son quotidien morose par amour.

Insoumise de Jawad Rhalib est un film belgo-marocain. Laila, informaticienne, sans emploi, quitte le Maroc pour travailler comme saisonnière en Belgique. Sa déception de l’exploitation impitoyable des saisonniers la poussera à mener une révolte.

Un vent d’Est

Le film Very Big Shot du Libanais Mir-Jean Bou Chaaya raconte l’histoire de trois frères impliqués dans un trafic d’amphétamines à travers la frontière libano-syrienne.

Le film japonais Lingering Memories de Keiko Tsuruoka est une rencontre entre Tokiko et Yohei, autour du deuil et de l’incapacité à surmonter la perte d’êtres chers. Leur relation leur permettra d’aller de l’avant.

Production germano-iranienne, Paradise de Ma Dar Behesht raconte l’histoire de Hanieh, une institutrice dans la banlieue de Téhéran qui lutte contre une condition difficile et la difficulté de regagner un établissement du centre-ville.

La Corée du Sud sera représentée par Steel Flower de Park Suk-Young. C’est la vie d’une sans-abri qui découvre son amour pour la danse, mais que la vie rappellera à l’ordre de façon cruelle.

Thithi de Raam Reddy vient de l’Inde. Thithi est une cérémonie traditionnelle d’enterrement qui a lieu en Inde. Elle sera l’occasion de croiser les parcours et les visions de trois générations d’hommes de la même famille du défunt.

De Kazakhstan Toll Bar est le film de Zhassulan Poshanov. Cela raconte la disparité sociale entre deux hommes vivant dans deux conditions totalement opposées, mais vivant dans le même quartier. La confrontation ne tarde pas à arriver.