FIFM 2022 : l’engagement politique des films en débat avec le jury

Les membres du jury du Festival international du film de Marrakech ont tenu, samedi 12 novembre au Palais des Congrès de la Cité ocre, une conférence de presse dans le cadre de la 19è édition du FIFM. L’occasion de discuter de plusieurs sujets, notamment l’engagement des réalisateurs sur des questions politiques. Un sujet qui a fait débat.

Présidé par le réalisateur italien Paolo Sorrentino, le jury de la compétition officielle se compose de l’actrice britannique Vanessa Kirby, l’actrice allemande Diane Kruger, le réalisateur australien Justin Kurzel, la réalisatrice et actrice libanaise Nadine Labaki, la réalisatrice marocaine Laïla Marrakchi et l’acteur français Tahar Rahim.

A cette occasion, Paolo Sorrentino a fait part de sa joie de voir que le cinéma a un avenir prometteur grâce à de nouveaux réalisateurs créatifs ». Interrogé sur le rôle que peut jouer le cinéma dans le conflit russo-ukrainien, Paolo Sorrentino a répondu que les réalisateurs ne peuvent pas faire grand-chose par rapport au conflit.

Le réalisateur italien a souligné qu’il préfère travailler sur des questions historiques et non pas sur des questions actuelles, puisqu’il doit y avoir suffisamment de distance avec l’événement pour le lire suffisamment et en profondeur.

Il a, par ailleurs, affirmé qu’un bon film ne doit pas contenir des messages politiques ou idéologiques. Une œuvre réussie c’est celle qui suscite des sentiments et des émotions.

Nadine Labaki est pour sa part et dans une toute autre optique. Selon la réalisatrice libanaise, les réalisateurs jouent un rôle éminent dans le traitement des questions politiques et sociales dans leurs films, et ils ont la responsabilité de défendre leurs points de vue politiques.

Elle a précisé que « l’art crée l’empathie et humanise certains sujets que les gens pourraient ignorer ou auxquels ils ne se sentent pas liés » soulignant qu’elle croit au message de l’art, en particulier du cinéma, et que les artistes ont leur mot à dire sur toutes les thématiques, qu’elles soient politiques ou sociales.

Dans ce sens, l’actrice britannique Vanessa Kirby, a noté que, pour elle, le meilleur cinéma c’est celui qui nous fait découvrir et comprendre les autres et permet de dissoudre les préjugés sur les expériences humaines.