Festival des musiques sacrées de Fès. Round-up

Du 14 au 22 juin 2019, les musiques sacrées ont résonné à Fès. Des artistes venus de plus de 30 pays ont offert, dans plusieurs scènes de la ville, des spectacles mystiques et rythmés, sous le thème : “Fès, à la confluence des cultures”.

“Fès, à la confluence des cultures”, c’est le thème qui a été choisi pour la 25ème édition du festival de Fès des musiques sacrées, du 14 au 22 juin. Mettant en avant les cultures mystiques de plus de trente pays du globe, cet événement a permis à plusieurs artistes de faire la rencontre d’un public pour qui le festival est devenu une tradition après un quart de siècle. 

Parmi les troupes qui ont conquis le public de la capitale scientifique du royaume, ‘’les Voix Humaines’’, des Québécois qui se sont produits à Dar Adiyel, le vendredi 21 juin. Au même endroit, mardi 18 juin, la Dhrupad Fantaisie a offert aux festivaliers un ticket de voyage de musique classique hindoustani : récitation d’hymnes et de mantras védiques, et ce au même titre que l’espagnol Carlos Nuñez, maître de la Cornemuse Gaïta.

Le mardi 18 juin également, Michelle David-USA et Gospel Sessions des Pays-Bas ont livré spectacle de Gospel, en navigant du blues au Jazz en passant par le funk et le soul. Venant du Sultanat d’Oman, Areej Sufi Ensemble a produit un spectacle aux rituels soufis de Zanzibar et d’Oman dans la pratique du Maoulid, la célébration de la naissance du Prophète. Meera, la poétesse mystique indienne du Rajasthan a livré un spectacle au complexe Ben Youssef. 

Le mercredi 19 juin, c’était le tour de l’ensemble vocal Svetlana Spajic de Serbie et l’artiste Cherifa Kersit du Maroc, ayant permis la rencontre des montagnes serbes et le moyen Atlas. La soirée du 19 juin, le public du festival de Fès a fait la rencontre de plusieurs troupes, dont le World Youth Baroque Ensemble avec l’orchestre de musique andalouse ainsi que la troupe cubaine, Obini Bata. 

La 25ème édition s’est clôturée, lors de la soirée du 22 juin, avec le groupe britannique « Kingdom Choir », livrant un spectacle de Gospel, à Bab El Makina. Lors de la même soirée de pure spiritualité, c’était aussi le tour du flamenco, avec le duo espagnol José Mercé Tomati, issus des deux plus grandes dynasties gitanes de Jerez et d’Almería. 

En plus du forum au sujet de « la confluence des cultures », a réuni plusieurs personnalités des mondes artistique, culturel, académique et politique autour de sujets d’actualité plusieurs moments forts ont marquée cette édition : Le World Youth Orchestra symbole de paix et de dialogue avec l’ensemble andalou de Fès, Sami Yousuf un des plus grands chanteurs soufis, Marcel Khalifa, Youssou Ndour, l’ensemble Soufi des femmes du Sénégal, les chants et danses rituels des femmes de Cuba, l’art du Muwashah d’Alep et les chants sacrés de Perse, l’ensemble soufi Areej du Sultanat d’Oman et la troupe Bahariyya d’Azerbaïdjan

En somme, durant 8 jours de festivités variées, des milliers de festivaliers de dizaines de nationalités différentes se sont déplacés sur les différentes scènes de Fès. “Le festival Boujloud et sa grande scène gratuite a quant à lui enregistré un immense succès populaire avec des dizaines d’artistes programmés et une présence ininterrompue de fans et de spectateurs avides de nouveautés”, note le communiqué du festival.