Fadae Ennass : un week-end d’art sur l’esplanade de la Mosquée Hassan II

Pour sa cinquième édition, l’évènement artistique «Fadae Ennas» a lieu du 26 au 28 août sur la Place de la Mosquée Hassan II de Casablanca. Une exposition collective ainsi que des performances en direct sont prévues en commémoration du 53e anniversaire de S.M. le Roi Mohammed VI.

C’est bientôt la rentrée. Après les lectures plaisir et les activités hautement récréatives, il est temps de remettre les pendules à l’heure et s’accorder à la dynamique de la reprise. Ceci étant dit, les Casablancais ont encore le temps d’une dernière échappée belle dans un monde onirique. Celui de la création et de l’art, dont Fadae Ennass promet monts et merveilles.

Organisé par l’Association nationale des arts plastiques (ANAP), en partenariat avec la Fondation de la Mosquée Hassan II, Fadae Ennass propose de rassembler quelque 53 artistes, du Maroc et de l’étranger, pour exposer et performer en temps réel devant le public, durant trois jours. L’événement, qui en est à sa cinquième édition, est placé sous le signe du «Dialogue des cultures».

Un événement à mission

Pour l’Association nationale des arts plastiques, Fadae Ennass est plus qu’un symposium d’arts plastiques pour favoriser la rencontre et le dialogue entre artistes marocains et étrangers, d’ici ou d’ailleurs. Il est question d’abord de démocratiser l’accès aux arts plastiques, longtemps confinés dans un élitisme consensuel. «Confirmer le rôle des arts plastiques en tant que moteur de la dynamique de formation et de développement de l’homme et inciter son esprit à la créativité et à la citoyenneté», lira-t-on sur le site de l’association. Mais pour cela, il faut encore pouvoir «intégrer l’art dans les domaines de l’éducation» ; ce qui reste un challenge difficile à relever.

En tout cas, l’ANAP compte bien répondre aux attentes du public marocain désireux d’accéder à l’art et de se rapprocher des artistes et de contribuer ainsi à l’essor touristique du Grand Casablanca. En plus des 38 artistes marocains invités des quatre coins du Royaume, des appels à participation ont été lancés il y a plusieurs mois, sur la scène internationale. Cinq artistes-peintres marocains résidant à l’étranger viendront de Belgique, de France, du Canada et des Émirats arabes unis. Des artistes plasticiens représenteront l’Arabie Saoudite, la Chine, le Sénégal, le Congo, l’Algérie, l’Espagne, le Canada, l’Ukraine, la Colombie et la Russie.

Un lieu emblématique

Le temps d’un week end, l’esplanade de la Mosquée Hassan II se transformera en plateforme artistique vivante et interactive. Un choix judicieux pour une manifestation qui se veut un espace de dialogue et d’échange, dans une atmosphère d’intolérance sur la scène internationale. Heureuse coïncidence : le dernier discours royal tranchait sur l’absence d’incompatibilité entre l’art et la religion.

Des plasticiens d’ici et d’ailleurs, de toute tendance artistique, seront donc au rendez-vous pour rencontrer un public d’étudiants, de critiques d’art, de galeristes et de collectionneurs, mais également de profanes en quête de beauté, d’évasion et de sens…

Durant ces trois jours, des artistes-peintres vont produire, en plein air et pour une durée de trois jours, des toiles qui seront exposées sur la Place des Nations Unies à Casablanca, pendant un mois. La médiathèque de la Fondation de la Mosquée Hassan II accueillera, quant à elle, une exposition collective de 30 artistes placée sous le thème «L’art pour vivre ensemble».