Expo. Les «intuitions» d’Omar Barrada

Première exposition pour cet artiste qui fait de l’énergie, de l’harmonie et de l’émotion ses principaux moteurs pour la réalisation de ses œuvres.

Jeudi 28 novembre, Casablanca. Les amoureux des arts plastiques avaient rendez-vous avec une exposition de l’artiste Omar Barrada. Des tableaux «intuitifs» qui renseignent des choix artistiques de leur géniteur.

Omar Barrada
Omar Barrada
Omar Barrada
Omar Barrada

Du commerce aux arts plastiques

Tout d’abord, un choix du matériau, le métal. Omar Barrada parle allègrement de travail de gravure, d’une fusion entre la sculpture et la peinture. D’ailleurs, de son propre aveu, il a passé un temps considérable à essayer de comprendre la matière, puis à la dompter : «Dompter la matière, tout en se laissant guider et surprendre par elle, l’aventure prend ainsi son envol. L’utilisation du métal, bois, cuir, cristaux, résines et autres, sont une source d’inspiration, à travers les contraintes que ces matières imposent». Autodidacte, ne justifiant d’aucune formation artistique, cet «explorateur méthodique et pertinent» va s’inspirer de la nature pour trouver sa voie : «Tout naturellement, je me suis retourné vers moi-même. Je n’ai aucun modèle artistique. La nature m’a tout enseigné, l’infiniment petit et l’infiniment grand, l’interaction des matières (les liquides, la matière transparente, le minéral)».

Tout commence chez Omar Barrada, par une trame, une ossature de base, puis des couches qui viennent alimenter cette idée originelle et orienter à un certain moment l’œuvre. «Au tout début, il y a une énergie primaire, une sensation, une certaine intuition. Puis, je me retrouve à un certain moment, dans un univers d’harmonie et d’émotion et je fais en sorte à fixer cet instant-là». C’est donc une route que Omar Barrada arpente dans ce processus de création. Un chemin qui lui a offert, selon ses propres termes, «de belles surprises». «D’expérience en expérience, guidé par l’inspiration, tout un univers prend forme. Au départ simple, les flux, les fusions et les superpositions reflètent les formes qui se font de plus en plus complexes».

A 38 ans, Omar Barrada a donc choisi d’exposer ses créations, et de s’exposer par la même occasion. Pourtant, même s’il a toujours adoré dessiner, le jeune Omar avait opté pour une école de commerce en France avant de se lancer dans le privé. Il choisit alors le secteur du design, essayant ainsi de concilier l’art avec le business. Une équation qui ne laisse pas beaucoup d’espace à la création libre. «Je voulais laisser libre cours à ma passion. Les formes m’ont toujours interpellé. Elles portent des messages, provoquent des sensations, des émotions. Je ne peins pas pour expliquer des choses ou passer des messages. Mes tableaux sont interrogatifs». Un premier jet qui laisse augurer d’autres rendez-vous.

Younes Baamrani