Au Chellah, du jazz pour tous !

Le Chellah de Rabat a accueilli du 13 au 17 juin son festival de jazz dans sa dix-septième édition. Retour sur ces cinq jours d’osmose musicale.

«Plus que toute autre expression musicale, le jazz, un art qui n’est jamais autant apprécié qu’en live», affirme Jean Pierre Bissot, directeur artistique Europe du Jazz au Chellah. Et il ne croit pas si bien dire. Depuis 1996, chaque mi-juin, la capitale se dandine sur des envolées de saxophone, des battements de contrebasse et quelques douces mélopées vocales. Pour sa 17e édition, la programmation était toute aussi inouïe que les précédentes. Se sont succédé sur scène «10 bands et 43 musiciens venant de 16 pays européens», avait promis Jean Pierre Bissot.

Et d’ajouter : «Tous ont leur propre langage, les styles seront particulièrement contrastés avec des formules instrumentales très variées». Et diable, ce qu’il dit vrai ! Pendant ces cinq jours, chaque soir réservait son lot de surprises : on se souviendra de cette rencontre inédite entre les accents méditerranéens et balkaniques du quintet grec de Kostas Theodorou et notre jazzman national Simo Bazzaoui, puis avec Pascal Schumacher qui légitima le Django d’or dont il a été récompensé, et on a été forcé de constater le brin de chemin réalisé par Ribab Fusion à qui on doit une métamorphose jazz incroyable.

Du jazz accessible

Souvent, le jazz est catalogué comme musique inaccessible, élitiste. Il est vrai que dans un sens, toutes les oreilles ne sont pas sensibles aux larmoyantes, tonifiantes et parfois grisantes mélodies de jazz. Mais assister à la représentation d’un quartet international, même avec la plus grande passion du monde, coûte parfois un bras et demi ! Heureusement, le Jazz au Chellah rend cette musique si inaccessible qu’elle en est plus authentique. Les billets n’étaient qu’à 30 DH et le Pass festival pour assister à l’ensemble n’était qu’à 100 DH ! Et pour une fois, une réduction pour étudiants ! Et dire que l’ensemble des bénéfices est reversé à une association caritative marocaine… MERCI !