Altérité et diversité : maîtres mots du Concert pour la Tolérance

Pour célébrer le Concert pour la Tolérance, quelque 200 000 Gadiris se sont réunis à la Marina, samedi 22 octobre. En attendant la diffusion télé, LVE vous donne un avant-goût d’un spectacle haut en couleur.

C’est en début novembre qu’est prévue la diffusion du Concert pour la Tolérance, coproduit par le groupe M6 et la chaîne publique marocaine 2M. Cet événement, suivi chaque année par des millions de téléspectateurs de par le monde, a fait déjà quelque 200 000 heureux, privilégiés de se retrouver sur la baie d’Agadir.

Sous le regard excité et heureux de Yanis Chebbi, directeur et cofondateur d’Electron Libre productions, les artistes invités se sont déchaînés devant un public hétéroclite, mais très à jour quant aux nouveautés de chacun.

De joyeux bénévoles

Le bénévolat est la règle dans cette grande fête du partage. Pourtant, aucun artiste ne refuse d’y participer tant la symbolique du Concert pour la Tolérance est grande en ces moments troubles.  Parmi les artistes invités à cette édition, certains n’en sont pas à leur première participation. Julie Zenatti, qui a déjà participé en 2006 et en 2007, est revenue en 2016 chanter en compagnie d’artistes femmes qu’elle a invitées pour l’occasion. 

La tête d’affiche Black M en est à son deuxième concert sur la baie d’Agadir. Il y a interprété un medley de ses récents tubes, sans oublier les succès qui l’ont fait connaître du public marocain. Il en fut de même pour Soprano qui a participé à la dixième édition et qui a mis le public «En feu».

Pour les autres artistes conviés à la fête de la tolérance, la première fois ne sera sûrement pas la dernière. C’est ce qu’a affirmé Zaho après avoir vu le public scander ses tubes. C’était également l’avis d’Amir Haddad qui a interrompu sa tournée française pour apporter sa contribution au message de la paix. Le public de Souf et de Ridsa était également très enchanté du show des jeunes rappeurs. Celui de Fréro de la Vega a également exprimé sa joie en s’égosillant, en face, à pleins poumons. Le public sénior n’était pas en reste puisque la troupe de Notre Dame de Paris a interprété avec brio Belle, succès indétrônable en louange à Esméralda.

Mais c’est devant Douzi et Grini que le public s’est réellement déchaîné. Les jeunes chanteurs marocains ont fait répéter les Gadiris en chœur, pour le plus grand bonheur des organisateurs.

Dans le succès du Concert pour la Tolérance, l’alliance entre le Maroc et la France est un élément clé. Des moyens de très haute qualité ont été déployés pour la réalisation de ce challenge, le tout dans une atmosphère d’échange et de partage de savoir-faire et de compétences.

Un succès franco-marocain

En effet, dès les premières éditions, Electron Libre productions a pu compter sur le savoir-faire technique de la deuxième chaîne marocaine, tout en offrant à ses cadres l’une des rares opportunités de couvrir des événements de telle envergure.

Pour rappel, Electron Libre productions est derrière des programmes tels que «Le Concert de Paris» diffusé depuis 2013 en direct et en prime-time le 14 juillet sur France 2, «La Philharmonie de Paris, un rêve musical», «Le RFM Music Show», «L’anniversaire des 60 ans d’Europe 1», «La nuit du Ramadan», «Arts de Vivre», «Entre ciel et terre», «En route pour l’Eurovision», etc.

Autre élément clé du succès du Concert pour la Tolérance, le choix de la baie d’Agadir comme plateau de tournage.  Riche de sa population hétéroclite et de son attrait touristique tout au long de l’année, Agadir affiche, sans conteste, une image de tolérance et de diversité, valeurs essentielles à présent pour le Maroc, la France et pour le reste du monde.