«L’à¢me des nations» sondée par Alain Minc

Le Royaume-Uni en lutte pour qu’un seul pays ne domine pas le continent, la Russie et son complexe d’encerclement, l’Allemagne vouée au culte de l’Etat rationnel, les Etats-Unis messianiques et isolationnistes, la France, obsédée par ses frontières et sa volonté de puissance…

Extrait :

«Le sentiment s’est ancré de plus en plus fort en moi que les pays, comme les individus, ont un ADN et que si, pour eux aussi, un partage s’est établi entre l’inné et l’acquis, leur nature profonde a largement conditionné leur comportement sur la scène internationale. Je ne crois pas à un déterminisme génétique des Etats et des peuples, mais rien n’est explicable dans leurs actions, leurs attitudes, leurs ripostes si l’on ne comprend pas en profondeur les ressorts de leur identité, telle qu’elle a pesé sur leurs relations avec le reste du monde. D’où la quête inachevée, superficielle, contestable, voire provocante de l’âme des acteurs qui occupent, depuis un demi-millénaire, le théâtre européen…»

En quelques mots :

Le Royaume-Uni en lutte pour qu’un seul pays ne domine pas le continent, la Russie et son complexe d’encerclement, l’Allemagne vouée au culte de l’Etat rationnel, les Etats-Unis messianiques et isolationnistes, la France, obsédée par ses frontières et sa volonté de puissance…
Dans L’âme des nations, Alain Minc avance que pour comprendre les agissements des peuples, il faut se reposer non seulement sur leur histoire et les événements qui ont déterminé leur position sur l’échelle des nations, mais aussi sur leur identité profonde. Comme si, à l’instar des êtres humains, chaque pays avait un ADN qui expliquerait en partie sa position stratégique actuelle, ses interactions avec son environnement et la nature de ses actes. Ainsi, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Angleterre ou l’Espagne, toutes s’adaptent avec plus ou moins d’aisance au monde qui vient, mais restent obstinément fidèles à quelques «fondamentaux».
Détonnant et captivant, le nouvel opus de ce célèbre essayiste remet les clés de la compréhension géopolitique globale et retrace un demi-millénaire d’histoire des relations internationales.

L’auteur :

Auteur politique et économique, conseiller des grands patrons et dirigeants d’entreprises, il est auteur de plusieurs best-sellers, notamment de Dix jours qui ébranleront le monde (2009), Une histoire politique des intellectuels (2010), Un petit coin de Paradis (2011), tous publiés chez Grasset.

Ce qu’en pense La Vie éco :

Alain Minc devrait sérieusement se pencher sur l’âme du Maroc ! Une dissection de l’ADN de ce pays nous serait fort utile, pour comprendre et lutter contre certains comportements affligeants… Une lecture très instructive, sur les spécificités, les atouts et les faiblesses des pays européens, qui livre une analyse singulière de la crise économique.

«L’âme des nations», Alain Minc, Editions Grasset,  Août 2012, 280 pages, 220 DH