«Féminin pluriel» : la communion de l’art et de l’artisanat

Un groupe d’acteurs culturels lance à  Marrakech le projet «Féminin pluriel» : une exposition jusqu’au 30 avril 2015, mêlant arts et artisanats et faisant se rencontrer, créer et s’entraîder des femmes de tous horizons.

Exposition : on ne parle pas beaucoup des travailleuses de l’ombre. Celles qui, avec une patience, une méticulosité désuètes, brodent, cousent, crochètent, tissent et enfilent des perles, sans jamais perdre une miette de temps. Celles qui s’acharnent à sauver de la négligence les lambeaux d’un héritage pluricentenaire. Celles qui ornent peut-être vos maisons de leurs plus fins et authentiques objets.

À ces femmes artisanes, un collectif culturel a décidé de rendre hommage le temps d’une grande et belle exposition pluridisciplinaire, baptisée Féminin pluriel. Jusqu’au 30 avril 2015, à la fondation Dar Bellarj, nichée dans la médina de Marrakech, le visiteur peut ainsi admirer des œuvres curieuses, mêlant art contemporain et artisanat marocain, «élaborées sur la base d’une expérience de partage d’héritage, de parcours, de sensibilité, de savoir-faire, entre des artistes nationales et internationales venues en résidence et des anonymes de la médina», explique un communiqué de cette plateforme artistique participative, composée d’institutions culturelles de la ville comme l’École supérieure des arts visuels, Morocco experience & projets, Tadert Titbirine, la galerie 127 ou la Voice Gallery.  

«Les bénéfices retirés par la société civile, les femmes et enfants de la région sont à plusieurs échelles», explique Johanna Boudinet, membre du collectif. «Nous faisons bénéficier ces femmes d’un réseau d’artistes et de designers nationales et internationales. Ça leur donne une visibilité, importante pour leur estime et leur confiance en elles». Les associations sélectionnées, Nouss-nouss, Ifassen, Al Nour, Dar Bellarj, Tadert Titbirine, la fondation Orient/Occident, entre autres partenaires, l’ont été «pour leur efficacité, leur éthique et un travail exceptionnel sur le terrain».

Près de la Médersa de Ben Youssef, dans l’un des plus anciens quartiers de la ville ocre, la fondation Dar Bellarj qui abrite l’événement met en valeur, depuis sa création en 1999, les traditions artisanales du Maroc, mais «en les sortant de leur contexte habituel». Parmi les réalisations les plus édifiantes de ce lieu, une magnifique installation de 100 m2 faite de filets de pêche, de rubans et d’ailes de parapente recyclées. Le «tapis de ciel» suspendu au-dessus du riad de Dar Bellarj est une œuvre collective, tissée par la designer Brigitte Perkins et les artisanes marrakchies.  
À découvrir au plus vite au 9-7, Toualate Zaouiate Lahdar dans la médina de Marrakech. L’entrée est libre et gratuite.

*Les détails sur la page : https://www.facebook.com/FemininPluriel.Morocco.