«Après 21 ans de musique, nous sommes plus passionnés que jamais»

Le Festival Mawazine arrive à  grands pas et avec lui la promesse de concerts marquants n Cette année, c’est le groupe américain Maroon 5 qui assurera le show de clôture.

Comment se déroule votre tournée à travers le monde ?

Pour le moment, tout va pour le mieux ! Nous avons entamé notre tournée par l’Amérique du nord, où tout s’est passé à merveille. Il nous reste à présent tous les autres continents à explorer. Je crois que c’est le meilleur show que nous ayons fait jusqu’à présent. Nous avons hâte de le faire découvrir à notre public marocain.

Quel a été, jusqu’à présent, votre plus beau moment sur scène durant cette tournée ?

Nous avons joué deux soirs de suite à l’occasion du Forum de Los Angeles. Le deuxième soir, Randy Newman est venu chanter I love L.A avec nous. L’ambiance était assez dingue ! Je peux affirmer que c’était l’un des plus beaux moments de notre carrière.

Parlez-nous de votre titre inédit, l’explosif «This summer is gonna hurt», sorti tout récemment.

Nous avons été ravis d’ajouter cette nouvelle chanson à notre album, de donner à nos fans quelque chose de nouveau, d’inattendu. J’adore cette chanson, que je trouve dynamique et très puissante. Un morceau issu d’une superbe collaboration avec un producteur et auteur suédois éminemment talentueux, Shellback.

Ça fait vingt-et-un ans que Maroon 5 existe. Le temps passe tellement vite ! Après une si longue et florissante carrière, l’envie de créer, de faire de la musique est-elle toujours au rendez-vous ?

Vingt-et-un ans, c’est assez fou, effectivement ! Le groupe est maintenant assez vieux pour envisager de se séparer… (Rires) Pour revenir aux choses sérieuses, nous restons, malgré toutes ces années, passionnés par le processus créatif. En musique, il restera toujours une infinité de choses à explorer. Mille vies ne suffiraient pas à faire le tour d’un univers aussi vaste et exaltant.

Notre entretien coïncide fâcheusement avec l’annonce du décès de BB King. Le roi du blues vous a-t-il inspiré dans votre art ?

BB King m’a influencé d’une immense et indescriptible façon. Je pense que quiconque joue de la guitare ne peut nier à quel point l’influence et le talent de BB King sont grands. J’aime son phrasé, sa façon de jouer. Il pouvait prendre une note ou deux et en faire toute une chanson. Il pouvait créer de la beauté à partir des choses les plus simples. Mon morceau préféré de BB King est son indémodable classique, The thrill is gone. J’ai une vieille version live de ce titre dont je ne me lasse pas.

J’ai lu que Stevie Wonder vous inspirait énormément, lui aussi.

C’est exact. Mais je pense qu’il a plus profondément marqué Adam (Adam Levine, le chanteur du groupe, NDLR), qui était très nourri de l’univers plus «rock classique» des Beatles et autres groupes du genre. 

Je crois qu’Adam a commencé à se façonner un style propre lorsqu’il s’est intéressé à la musique de Stevie Wonder. Ça a été un tournant décisif pour le groupe. Quant à moi, je dirais que, parmi mes nombreuses influences musicales, la plus importante demeure le jazz. J’ai entendu parler d’un chouette festival de jazz à Tanger, je pourrais y faire un saut si vous insistez! (rires). 

D’éventuelles inspirations africaines ou arabes ?

Oui, j’aime bien le funk ouest-africain. Mais j’avoue que là, les noms me viennent plus difficilement à l’esprit… Un soir, j’ai été à un concert du groupe Tinariwen à Los Angeles, je les avais trouvés très bons ! 

Sinon, j’attends d’être sur place pour m’imbiber de la musique locale et faire des rencontres artistiques intéressantes, au Maroc, notamment. 

Parlons-en, justement. C’est votre première participation au Festival Mawazine de Rabat. Avez-vous déjà visité le Maroc auparavant ?

Non, ce sera ma toute première fois au Maroc. Un pays que je ne connais pas vraiment, mais c’est ce qui est génial dans le fait d’être en tournée. On découvre de nouveaux endroits. D’ailleurs, si vous avez des suggestions à me faire, n’hésitez pas !

Vous pourriez sillonner le désert marocain, faire un pèlerinage là où Led Zeppelin ont composé Cachemire.

Oui, pourquoi pas ?

Un mot à vos fans marocains qui attendent fébrilement le concert du 6 juin prochain à Rabat ?

Nous avons hâte de vous voir, nous vous préparons un show fantastique. Soyez patients, on arrive !

Propos recueillis par S.G.