A lire cet été

Contrairement à  l’année passée, aucun titre phare ne se démarque. Cela dit, la production est tellement abondante que tout le monde trouvera un livre correspondant à  ses goûts.

Malgré une production éditoriale pléthorique, aucun titre ne se démarque vraiment. En effet, l’an dernier, la série Harry Potter (pour la jeunesse), les ouvrages sur Al Qaïda (dans le genre essai), des nouveautés en matière de beaux livres sur le Maroc, ou encore les romans d’Umberto Eco, Mary Higgins Clark et Ahmed Toufik, Mohamed Khaïreddine, Abdelhak Serhane, Abdellatif Laabi caracolaient en tête des ventes (cf LVE du 5 juillet 2002).
L’été 2003 sera-t-il celui de la sécheresse éditoriale ? Loin s’en faut. Quelques titres rencontrent un succès qui se prolongera jusqu’à la rentrée. Parmi les essais, on peut citer les livres de Bernard-Henri Lévy (Qui a tué Daniel Pearl ?, Grasset), Christine Okrent (Françoise Giroud, Grasset) ou encore Guy Sorman (Les enfants de Rifaa, Fayard). Des best-sellers, également : Onze minutes de Paulo Cuelho (Anne Carrière), Une seconde chance de Mary Higgins Clark (Albin Michel), La reine du Sud de Arturo Perez Peverté (Le Seuil), Sept jours pour une éternité de Marc Lévy (Robert Laffont), Histoire d’amour de Janine Boissard (Robert Laffont), Le dictateur et le hamac de Daniel Pennac (Gallimard), L’ignorance de Milan Kundera (Gallimard). Concernant la production locale, hormis Le harem européen de Fatima Mernissi (Le Fennec) et Pèlerinage d’un artiste amoureux d’Abdelkébir Khatibi (Editions Tarik), aucun titre ne se singularise.
Il faudra attendre pour lire la suite de Harry Potter
Les inconditionnels de Harry Potter devront patienter, contrairement aux lecteurs anglophones, pour lire la suite des aventures de leur héros. Cependant, dans la collection Pocket Junior, les séries Danse, Toi + moi… plaisent beaucoup. «Cette année, aucune collection ne sort du lot», note Aziza Amrani du Carrefour des livres. Et d’ajouter : «Les parents choisissent des titres très variés pour leurs enfants, aussi bien des classiques que des auteurs contemporains».
L’été ne serait pas synonyme de vacances sans les fameux guides de voyage. «Malgré l’apparition de guides novateurs, de nouvelles collections, la majorité des lecteurs reste fidèle à ses guides. En l’occurrence, le Guide du Routard est celui qui se vend le mieux», note Hafida Abbou de Carrefour des livres. Pourtant, les informations pratiques ne sont pas toujours mises à jour ; donc, attention. D’autres guides privilégient l’aspect éducatif, culturel et iconographique; choisissez le vôtre en fonction de vos attentes.
Finalement, pour partir en vacances avec les bouquins idoines, il faut espérer rencontrer un bon libraire (profil de plus en plus rare). Or, ces derniers, déjà préoccupés par la rentrée, focalisent leur attention sur les ouvrages scolaires et universitaires qui envahiront les étals des librairies au détriment des titres de la rentrée littéraire de septembre.
N’hésitez donc pas à faire les rayonnages des bonnes librairies ; prenez votre temps et partez en quête du livre de plage qui deviendra livre de chevet, garant d’émotions littéraires impérissables.