La France prépare son épineux déconfinement

Plusieurs incertitudes demeurent notamment sur la question du retour à l’école, la reprise économique ou encore le dépistage et le suivi des malades.

L’exécutif français entame lundi une semaine cruciale au cours de laquelle il doit peaufiner son plan de sortie de confinement prévue pour le 11 mai, alors que plusieurs incertitudes demeurent notamment sur la question du retour à l’école, la reprise économique ou encore le dépistage et le suivi des malades.

Après l’Assemblée nationale la semaine dernière, le Premier ministre Edouard Philippe doit soumettre ce lundi au Sénat son plan national de déconfinement. Cette stratégie « aux contours encore très flous, qu’il s’agisse de la réouverture des écoles ou des mesures de quarantaine à partir du 11 mai», doit être adopté à l’issue d’un débat, selon les médias du pays.

Plus tard dans la soirée, le Sénat doit également se pencher sur le projet de loi prorogeant l’état d’urgence de deux mois, jusqu’au 24 juillet.

Ce projet de loi, adopté samedi lors d’un conseil des ministres extraordinaire, apporte un cadre juridique à la stratégie de déconfinement qui sera mise en oeuvre de façon progressive et différenciée à compter du 11 mai.

A l’issue de ce Conseil, le gouvernement a apporté des précisions sur l’assouplissement du confinement et a annoncé une « quatorzaine » obligatoire pour les personnes arrivant sur le territoire français, avec un isolement si elles sont malades, avant que l’Elysée ne précise dimanche soir que cette règle ne s’appliquera pas aux voyageurs en provenance de l’Union européenne, de l’espace Schengen ou du Royaume-Uni.

Concernant les personnes testées positives alors qu’elles se trouvent déjà sur le territoire français, aucune mesure coercitive n’est prévue, le gouvernement comptant sur « l’esprit de responsabilité des Français ». Pour les autres cas, comme celui de Français ou d’Européens arrivant d’une zone autre que l’UE, l’espace Schengen ou le Royaume-Uni, « les modalités seront précisées par le Quai d’Orsay dans les prochains jours », a indiqué l’Élysée.

Mais, selon les médias du pays, de très nombreuses inconnues perdurent sur l’après-11 mai, en premier lieu sur la réouverture des écoles.

Si le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer, a assuré que la « majorité des écoles » maternelles et primaires seront au rendez-vous du 11 mai, avec un maximum de quinze enfants par classe et un protocole sanitaire très strict, de nombreux maires ont fait savoir qu’ils ne rouvriraient pas les écoles ce jour-là. Ils ont également demandé au président Emmanuel Macron de repousser la réouverture des écoles à une date ultérieure.

Dans le secteur économique, dont une grande partie devra reprendre l’activité le 11 mai, le ministère du Travail a dévoilé dimanche un protocole sanitaire de déconfinement pour les entreprises du secteur privé qui prévoit des mesures strictes visant à assurer la protection des salariés.

Par ailleurs, l’exécutif a demandé de poursuivre au maximum le télétravail dans les prochaines semaines afin notamment d’éviter un engorgement des transports, où le port du masque deviendra obligatoire, et une reprise de la circulation du coronavirus. D’ailleurs, à partir de ce lundi, les masques commenceront à être fournis par les enseignes de la grande distribution, une semaine après les pharmacies.

Le coronavirus a causé 135 décès supplémentaires en 24 heures en France, portant à 24.895 le nombre de personnes mortes du nouveau virus depuis le 1er mars, selon le dernier bilan des autorités sanitaires.

(Avec MAP)