Enquête LMS : les cadres globalement satisfaits du télétravail

Bien qu’il soit imposé en raison du confinement, le télétravail reste une bonne expérience pour bon nombre de cadres. Les entreprises doivent changer de mindset pour l’adopter plus efficacement.

Le télétravail n’a jamais suscité autant d’intérêt que depuis le début du confinement. Alors que certaines entreprises étaient déjà rodées à cet exercice bien avant le confinement, d’autres en revanche l’ont subi par nécessité. Le télétravail s’est également imposé comme thème de réflexion au carrefour de plusieurs problématiques : gestion des ressources humaines, de l’espace, de la mobilité, amélioration de la productivité, amélioration de la qualité de vie…

Comment est-il perçu et vécu aujourd’hui ? Comment impacte t-il les habitudes ? Quels sont ses freins ? Et quel avenir pour le travail à distance après la crise sanitaire? Le cabinet LMS ORH s’est penché sur le sujet à travers une enquête menée auprès de 1 000 personnes, dont 82% travaillent dans le privé, contre 12% dans le public. Un répondant sur trois évolue dans des structures de plus de 500 personnes et 43% des répondants sont managers contre 57% constitués de cadres et employés.

Premier enseignement de l’enquête, ils sont 7 répondants sur 10 à travailler aujourd’hui à distance de manière continue. Cependant, aucun répondant ne le pratiquait de manière continue  avant le confinement. Il était pratiqué de manière partielle par un peu plus de 40% des répondants, et la majorité de ceux qui recouraient au télétravail avant la crise du COVID-19 sont des managers. A noter que les répondants du secteur public déclarent être relativement moins en situation de télétravail que le reste des répondants (77% vs. 90%).

Les cadres pas du tout préparés au télétravail

L’enquête montre également que la pratique du télétravail reste subie plutôt que choisie. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le principal frein au télétravail n’est pas d’ordre matériel ou technique mais d’ordre culturel (culture d’entreprise 79%).En somme, les entreprises, tout comme leurs salariés, n’étaient pas préparés au télétravail.

4 répondants sur 5 affirment que le principal frein au télétravail avant le confinement était l’incompatibilité de ce mode avec la culture de l’entreprise. Ils sont uniquement 1 sur 10 à affirmer que leur fonction ou leur secteur d’activité ne le permet pas, tandis qu’une personne sur 30 pointe du doigt l’outil technique comme frein.

De même que 60% des répondants en télétravail ont vu leur charge de travail augmenter. L’étude de LMS ORH précise toutefois que ce constat n’est impacté ni par le secteur d’activité (privé vs public), ni par le statut ou par le nombre d’enfants téléscolarisés.

Malgré les contraintes du confinement, les résultats de l’étude indiquent le maintien d’une bonne régularité des réunions d’équipe chez les télétravailleurs (+44% se réunissent plus d’une fois par jour). Les outils technologiques adoptés ont donc permis une « virtualisation » des salles de réunion.

 

83% des répondants sont satisfaits de leur expérience de télétravail

 

Malgré quelques ombres au tableau, le télétravail reste une bonne expérience pour bon nombre de sondés. Globalement, 83% des répondants sont satisfaits de leur expérience de télétravail. Ils sont également 55% à déclarer être plus efficaces sur certains aspects du travail, alors que 35% sont efficaces dans l’absolu, et que seulement 10% sont moins efficaces avec le travail à distance.

D’un autre côté, 3 personnes sur 4 considèrent que cette pratique a impacté leurs habitudes personnelles. La frontière entre temps personnel et temps réservé au travail est devenue moins étanche, impactant ainsi les habitudes personnelles des télétravailleurs. En effet, 60% des répondants déplorent un impact conséquent du télétravail sur leur temps personnel. De même que 9 personnes sur 10 considèrent que l’espace dédié au travail comme crucial. Les sondés semblent également bien équipés pour faire leur besogne à distance. Près de 7 répondants sur 10 déclarent que leur employeur a mis à leur disposition une solution informatique pour assurer le télétravail. Ils sont également un peu plus de 7 répondants sur 10 qui estiment que le matériel informatique (PC avec webcam, enceinte et micro) mis à leur disposition est adapté au télétravail.

L’adoption du télétravail interpelle sur plusieurs niveaux

Finira t-il par s’imposer après le confinement ? Il en ressort que la majorité des répondants se projettent positivement dans l’adoption du télétravail, même après la période de confinement, au regard des avantages précités que permet ce mode de fonctionnement. Seulement, le quart des sondés semble être réticents par rapport à la question.

Mais la réussite d’une telle démarche dépendra de quelques facteurs importants à commencer par le volet culturel. Mais, il n’est pas le seul.

Dans 52% des cas, il s’agira de définir de nouveaux repères de ce mode de fonctionnement. Dans 69% des cas, il s’agira également de changer de mindset et de mettre en place une culture managériale basée sur le résultat vs L’effort ou la présence. Enfin, l’équipement adéquat n’est pas en reste, puisqu’il s’agit de disposer d’outil de télétravail adapté et performant ainsi qu’une meilleure connexion internet.