Pseudo-experts

Nul n’est obligé d’être expert en tout, à supposer même que cela soit possible. Mais alors pourquoi certains croient-ils devoir s’exprimer sur tout, souvent au prix d’approximations voire d’inexactitudes flagrantes ?

Il y a quelques jours, un intervenant dans un débat, après avoir dénié toute pertinence aux statistiques sur l’évolution des prix, se plaignait qu’au Maroc il n’existait pas de chiffres sur l’inflation par villes, seul indicateur, selon lui, à même de renseigner correctement sur le sujet ! Comme on dit, ce monsieur a raté là une occasion de se taire : le HCP publie bel et bien et chaque mois que Dieu fait les variations de prix aussi bien à l’échelle nationale que régionale (dans 17 villes du pays) et même par produits et services consommés. Un autre média -et de nombreux autres feront de même- rapportait que le FMI, en révisant à la baisse sa prévision de croissance pour 2014, se rapprochait ainsi de celle de Bank Al- Maghrib ! Depuis quand la Banque centrale s’occupe-t-elle de ce type de prévision? Les missions de BAM sont pourtant clairement définies, et quand il lui arrive, dans le cadre de ses travaux, d’aborder la croissance ou le chômage par exemple, il reprend les chiffres du HCP.

Ce ne sont là que deux exemples, parmi bien d’autres, d’incorrections infligées aux lecteurs et aux auditeurs, et c’est tellement répétitif que ça finit par agacer…