Ne tuons pas le syndic

Les parties communes sont mal éclairées, le sol est crasseux et l’ascenseur ne fonctionne plus. Vous êtes bien dans un immeuble dont le syndic est aux abonnés absents depuis belle lurette.

Les murs extérieurs sont décrépits et la dernière couche de peinture remonte certainement à très longtemps. A l’intérieur, les parties communes sont mal éclairées, le sol est crasseux et l’ascenseur ne fonctionne plus. Vous êtes bien dans un immeuble dont le syndic est aux abonnés absents depuis belle lurette.

Non pas parce qu’il n’y a aucune bonne volonté pour l’animer, mais du fait que les cotisations ne sont plus versées. Et vu que la copropriété s’est imposée comme le moyen le plus simple pour accéder à la propriété, il faudra bien qu’on arrive à faire comprendre aux uns et aux autres que l’entretien est le garant d’un cadre de vie agréable et du maintien de la valeur d’un bien. Il est vrai qu’il peut y avoir des fins de mois difficiles qui empêchent certains d’honorer leurs charges.

Mais quand on voit un copropriétaire garer une voiture à plus de 400 000 DH et refuser de payer 300 DH par mois pour des raisons fallacieuses, on ne peut qu’être scandalisé. D’autant plus qu’il n’oublie pas de régler l’eau, l’électricité et le téléphone car il sait pertinemment que les opérateurs ne badinent pas avec les mauvais payeurs. Alors pourquoi pas les charges communes? Difficile de changer les comportements, mais il y a une loi. Il faut donc l’appliquer, dans toute sa rigueur.